Partager

«L’Union Européenne demande l’arrêt immédiat des exécutions en Gambie… Elle va examiner dans l’urgence une réponse appropriée». Les affirmations d’Amnesty international selon lesquelles neuf personnes, neuf condamnés à mort, ont été exécutées en Gambie, ont provoqué une vive réaction de Catherine Ashton, chef de la diplomatie européenne. Les autorités locales n’ont pas confirmé l’exécution de la peine mais le président Jammeh avait récemment promis d’appliquer la sentence pour tous les condamnés à mort. La Commission européenne rappelle les engagements pris par les autorités gambiennes en matière de droits de l’homme “Sans que l’on ait pu vérifier pour autant la vérité de l’exécution, en Gambie, de neuf détenus, Catherine Ashton la chef de la diplomatie européenne, a fait savoir qu’elle condamnait vivement ces actes s’ils étaient avérés et qu’elle exigeait qu’il soit mis fin immédiatement à toute exécution… Catherine Ashton laisse planer la menace d’une réaction « idoine ». Celle-ci pourrait prendre la forme de l’interdiction de séjour en Europe du président gambien et de ses proches mais des sanctions économiques sont également envisageables…” RFI