Partager


C’est par 125 voix pour, 19 contres et 0 abstentions que les députés ont adopté en fin de semaine dernière la loi de finances 2009 ou budget d’Etat. Pour l’exercice 2009, les recettes de l’Etat sont arrêtées à 1001 800 338 000 F CFA et en dépenses à 1129 104 258 000 F CFA, soit un déficit de 127 303 920 000 F CFA contre 123 346 000 000 F CFA dans la loi de finances 2008. Ces ressources sont réparties entre les différentes institutions de la République, les autorités indépendantes et les départements ministériels.

Dans notre parution du vendredi 19 décembre 2008, nous avons fait la part du budget réservé aux institutions de la République et aux autorités indépendantes. Aujourd’hui, nous nous intéressons aux départements ministériels qui ne sont pas tous logés à la même enseigne. Quels sont les ministères budgétivores ?

Le gouvernement mis en place le 3 octobre 2007 comprend 26 départements ministériels. En termes de dotations budgétaires, ces ministères ne sont pas logés dans la même enseigne. La répartition du budget entre les départements se fait en tenant compte des priorités définies par le gouvernement. Ainsi, les domaines de l’éducation, la santé, de l’équipement et transports, de la défense, de l’énergie, du logement, entre autres sont les domaines prioritaires du gouvernement.


La palme a l’éducation de base

Le ministère de l’Education de Base, de l’Alphabétisation et des Langues Nationales est le 1er département budgétivore du gouvernement Modibo Sidibé. Pour l’exercice 2009, ce ministère piloté par Mme Sidibé Aminata Diallo, candidate malheureuse des élections présidentielles de 2007, a un budget de 217 360 000 000 F CFA contre 188 424 000 000 F CFA en 2008, soit un taux de progression de 15,34%.

Au niveau de l’Education de Base, de l’Alphabétisation et des Langues Nationales, en ce qui concerne le financement extérieur, les crédits budgétaires relatifs à l’appui budgétaire 2009 se chiffrent à 22,046 milliards de francs CFA contre 33,053 milliards en 2008, soit une diminution de 49,93%.

Le budget du département est fortement déconcentré. Ainsi, le projet de budget 2009 renferme 22,110 milliards de francs CFA au niveau central (20,60%) et 85,204 milliards au niveau régional (79,40%).

Il faut souligner que l’entretien des écoles est prévu pour 1 milliard de F CFA dans le budget 2009 alors qu’en 2008 cette dépense n’avait pas été budgétisée.

Au titre de l’année 2009, il est également prévu des activités pertinentes telles que le recrutement de 3240 enseignants du fondamental, l’audit du PISE I, la collecte, le traitement, l’analyse des données du préscolaire, du fondamental, de l’enseignement normal et de l’éducation non formelle, la mise en application du logiciel de gestion des ressources humaines, l’élaboration du plan de carrière des agents du département prenant en compte les formations et les recrutements, entre autres.

Cependant, l’innovation majeure du projet de budget de 2009 de l’Education de Base, de l’Alphabétisation et des Langues Nationales réside dans la planification d’un nouveau programme dont l’objet est la promotion de la recherche sur les langues nationales en vue de l’amélioration de la qualité de l’enseignement et de son utilisation dans les autres domaines du développement.

Equipement et transports

Le ministère de l’Equipement et des Transports, avec un budget de 103 271 133 000 F CFA est le deuxième département budgétivore. Par rapport au budget 2008, les innovations apportées pour le budget 2009 sont essentiellement : la création d’une ligne budgétaire de 125 millions de F CFA pour la prise en charge de la sécurité routière, la création au niveau de chaque Direction Régionale des Routes, d’une ligne budgétaire “Carburant et Lubrifiants” de 2 millions de F CFA pour permettre de faire des missions sur le terrain et apprécier l’état des routes, la création d’un Code Fonctionnel pour l’Institut Géographique du Mali intégrant son Budget Spécial d’Investissement.

Il est également prévu le bitumage de plusieurs voies, la réhabilitation des pistes rurales, la modernisation de l’aéroport de Bamako-Senou, l’extension de l’aéroport de Kayes.


Santé

Le budget du ministère de la Santé est de 80 milliards de francs CFA. Le plan opérationnel annuel est estimé à 120 milliards de francs CFA. En raison de l’ampleur des activités programmées, l’allocation budgétaire devrait être portée à un niveau plus élevé.

Le programme de développement sanitaire PRODESS est de 2 300 000 000 de francs CFA.


La défense

De 64 milliards de F CFA en 2008, le budget du ministère de la Défense et des Anciens Combattants passe à 72 milliards en 2009, soit une augmentation de près de 14%. Ce budget sert à l’exécution des missions principales du département. Ces missions sont : l’élaboration et la coordination des éléments de la politique nationale de défense, la préparation et l’accroissement de la capacité opérationnelle des forces armées, le contrôle de l’état opérationnel des forces armées, assurer la formation de base et continue des militaires, veiller à la mise en œuvre des mesures de protection et de promotion des anciens combattants retraités et victimes de guerre.

Le budget du ministère de la Défense et des Anciens Combattants, à l’analyse est un budget dont les crédits d’investissements sont en deçà des objectifs globaux d’une politique nationale de défense. En effet, l’armée malienne est structurée autour de plusieurs corps d’arme que sont le Génie Militaire, l’Armée de Terre, l’Armée de l’Air, la Garde Nationale et la Gendarmerie Nationale. L’équipement en matériels lourds de ces différents corps d’arme nécessite des crédits d’investissements beaucoup plus importants qui ne peuvent être supportés par les budgets annuels octroyés.

L’analyse du reste du budget révèle une insuffisance notoire des ressources par rapport aux charges du département notamment les crédits de transport et de déplacement en raison du coût élevé du carburant.

Énergie

Le budget du département de l’Energie, des Mines et de l’Eau est évalué à 53 778 139 000 F CFA en 2009 contre 59 895 201 000 F CFA en 2008, soit une diminution de 10,21%.

Les activités pertinentes prévues au titre du budget 2009, sont entre autres : la construction d’une nouvelle station de traitement d’eau sur la rive droite du fleuve Niger à Kabala et des réservoirs et réseaux structurants associés à ladite station, le démarrage effectif des études du barrage de Taoussa et de vingt petits barrages à buts multiples le long de la frontière avec la Mauritanie, l’éclairage public de sept localités pour 1 millard 391 millions, l’adduction d’eau potable et l’assainissement en milieu rural, construction d’une station compacte à eau pour 5 milliards 600 millions.

La subvention du gaz butane et de l’AMADER coûte respectivement 3 milliards 500 millions et 3 milliards 068 millions.


Logement

Au titre de la dotation, le budget 2009 du ministère du Logement, des Affaires Foncières et de l’Urbanisme se chiffre à 45 milliards contre 40 milliards en 2008, soit une progression de 12,5%. Les dépenses se chiffrent à 11 105 659 000 F CFA contre 11 511 516 000 F CFA en 2008, soit une diminution de 485 857 000 F CFA. Cette diminution correspond aux salaires d’une catégorie d’agents qui ne sont plus payés au niveau de ce département.


Enseignement secondaire et supérieur

Le budget du département des enseignements secondaire, supérieur et de la recherche scientifique se chiffre globalement à 38,087 milliards dans le projet de budget de 2009 contre 37,820 milliards de FCFA en 2008, soit une progression de 1%.

L’innovation majeure du budget programme du département des Enseignements secondaire et de recherche scientifique a consisté, d’une part, en une relecture et une revue des missions et, d’autre part, en une réduction des objectifs, des résultats et des indicateurs des différents programmes afin de mieux affiner l’outil et de le rendre plus efficace.


Daba Balla KEITA

23 Décembre 2008