Partager

Les candidats du Diplôme d’Études Fondamentales (DEF) passeront, à partir de ce lundi 16 août 2021, leurs épreuves. De plus en plus de perturbations, à l’initiative de la synergie des syndicats de l’Éducation signataires du 15 octobre 2016, sont prévues dans les centres d’examen. Le ministère de l’Éducation relativise et demande « l’implication de tous les acteurs pour la réussite de ces évaluations de fin d’année.»

Après les examens de BT1 et BT 2 perturbés par la désobéissance civile des enseignants grévistes, l’’inquiétude monte autour des épreuves du Diplôme d’Études Fondamentales (DEF) que les élèves des classes de neuvième doivent passer à partir de ce lundi. La synergie des syndicats de l’Éducation signataires du 15 octobre 2016 (SYPESCO, SYNEB, SYNEFCT, SYNESEC, SYLDEF, FENAREC, COSES) a décidé de continuer sa grève de 12 jours, allant du lundi 09 au jeudi 12 août, du lundi 16 au mercredi 18 août et du lundi 23 au vendredi 27 août 2021. Cette décision a été prise après l’échec des négociations, le jeudi 12 août dernier, entre le gouvernement et la synergie des syndicats des enseignants. Pour Ousmane Almoudou, porte-parole des syndicats, joint par Le Républicain, rien ne leur fera renoncer à l’application « immédiate » de l’article 39 de la Loi portant statut particulier du personnel enseignant. « Le gouvernement veut toujours nous maintenir dans les jougs de la grille unifiée. Nous ne l’accepterons pas », a -t-il déclaré.

Quid de la désobéissance civile entamée par les enseignants pour paralyser les examens de fin d’année ? Selon la synergie des syndicats de l’Éducation signataires du 15 octobre 2016, après avoir constaté l’engagement des administrateurs scolaires à observer les mots d’ordre de grève et à la demande de leurs partenaires sociaux, elle a décidé de surseoir à la fermeture des structures scolaires en lien avec la désobéissance civile. « Le boycott et la grève continuent. Les militants et les administrateurs scolaires doivent rester mobilisés pour le respect des autres points relevant des mots d’ordre en cours», déclare la synergie.

La synergie des syndicats de l’Éducation signataires du 15 octobre 2016 continue d’exiger l’application « immédiate » de l’article 39 de la Loi portant statut particulier du personnel enseignant qui stipule que « toute majoration des rémunérations des fonctionnaires relevant du Statut général s’applique de plein droit au personnel enseignant de l’Enseignement secondaire, de l’Enseignement fondamental et de l’Éducation préscolaire et spéciale.»

Elle s’insurge aujourd’hui contre l’adoption de l’ordonnance n°2021-003/PT-RM du 16 juillet 2021, fixant grille indiciaire unifiée des personnes relevant des statuts des fonctionnaires de l’État, des Collectivités territoriales, des statuts autonomes et des militaires. Cette ordonnance du président de la transition, dans son article 4, «abroge toutes dispositions antérieures contraires».

M.K. Diakité

Source : Le Républicain