Partager

Cette année, ils sont 15.427 candidats inscrits, soit 12.209 pour le BT1 et 3.218 autres pour le BT2. Ces postulants seront évalués dans plusieurs disciplines, notamment secrétariat de direction, comptabilité, administration finances, commerce distribution, mécanique automobile-diesel, hydraulique, travaux publics et chimie.

Les examens de fin d’année scolaire se poursuivent dans notre pays. Après ceux du Certificat d’aptitude professionnelle (Cap) et du Diplôme d’études fondamentales (DEF), les épreuves des Brevets de techniciens (BT1 et 2) ont débuté hier, sur l’ensemble du territoire national, pour s’achever jeudi prochain. Ces examens sanctionnent la fin du cycle de l’enseignement secondaire technique et professionnel.

Pour cette année, ils sont 15.427 candidats inscrits, notamment  12.209 pour le BT1 et 3.218 pour le BT2. Ces candidats sont repartis entre 1.951 salles dans 244 centres d’examen à travers le pays. Pour encadrer les postulants, 4.283 surveillants ont été mobilisés. Les candidats de ces examens composent dans différentes spécialités : secrétariat de direction, comptabilité, administration finances, commerce distribution, mécanique automobile-diesel, hydraulique, travaux publics et chimie. Il y a également électronique audio-visuelle, électromécanique, froid, climatisation, construction métallique, maintenance, bâtiment, dessin-bâtiment, géologie, géométrie, mais aussi impôts et douanes.

Le ministre de l’Éducation nationale, Dr Amadou Sy Savané, a ouvert dans la salle N° 2 du centre d’examen du lycée Kankou Moussa de Daoudabougou en Commune V du District de Bamako, les premières enveloppes contenant les trois sujets de l’épreuve de Travaux d’application et de synthèse à traiter par les postulants pour le BT1 dans la spécialité secrétariat de direction. Ce centre, dédié uniquement à la spécialité secrétariat de direction, accueille 620 candidats, soit 612 filles et 8 garçons, repartis entre 21 salles d’examen sous l’autorité de 42 surveillants qui veillent au bon déroulement des épreuves dans la plus grande transparence.

Le ministre de l’Éducation nationale a été accueilli au centre d’examen à 7 h 45 mn. Il a ensuite assisté à la montée du drapeau national et à l’exécution de l’hymne national par les pionniers, avant de faire le tour de quelques salles d’examen pour encourager, moraliser et prodiguer des conseils utiles aux candidats. À 8 heures, Dr Amadou Sy Savané a donné le coup d’envoi en ouvrant les premières enveloppes. Il a ensuite distribué les sujets aux candidats en présence de plusieurs autorités administratives et scolaires dont la directrice de l’Académie d’enseignement de la rive droite de Bamako, Mme Koné Dédéou Mahamane Traoré et du directeur du Centre national des examens et des concours de l’éducation (Cnece), Mahamadou Keïta.

Le ministre de l’Éducation nationale s’est adressé aux candidats et les a ensuite conseillé. «Soyez sereins, lisez bien les sujets, répondez aux questions après les avoir attentivement lues et surtout ne paniquez pas». Le ministre leur expliquera aussi que les sujets sont à leur portée, car ils correspondent aux enseignements qu’ils ont reçus durant l’année. Cette année scolaire a été tranquille sur le plan du déroulement des cours, a souligné Dr Amadou Sy Savané, avant d’indiquer que toutes les dispositions sont prises pour le bon déroulement des épreuves.

Auparavant, le ministre Sy Savané avait expliqué aux surveillants du centre d’examen du lycée Kankou Moussa leur rôle primordial dans la quiétude et la réussite des examens. «Nous comptons sur votre vigilance et votre sens élevé du devoir pour que les examens se passent dans les règles de l’art», a-t-il déclaré. Après le lancement officiel des épreuves, notre équipe de reportage fait le tour de quelques centres d’examens du District de Bamako pour constater de visu l’atmosphère qui y prévaut. Au centre d’examen de l’École centrale pour l’industrie, le commerce et l’administration (Ecica), le président du centre, Alou Badra Diabaté, a clairement expliqué que son centre abrite 588 candidats en électromécanique, repartis entre 20 salles. Il a aussi souligné la présence des forces de sécurité sur place pour maintenir l’ordre.

Au centre d’examen du lycée Askia Mohamed, le président du centre n’a pas voulu opiner sur nos différentes questions. Dans la spécialité électromécanique, plusieurs candidats de son centre avaient déjà fini de traiter l’épreuve de français en moins de 2 heures. Amadi Diallo, candidat, expliquera que le sujet de français était bien à sa portée, avant d’afficher un grand optimisme d’avoir une bonne note dans cette matière. Il estime qu’il ne peut en être autrement au regard de ce qu’il a rendu dans sa copie d’examen. Dans d’autres centres d’examen, le calme et la quiétude régnaient aussi. Aucun incident majeur n’a été signalé. Les examens BT1 et 2 se déroulent sous la vigilance d’un impressionnant dispositif de sécurité.

Yaya DIAKITE

Source: L’Essor