Partager

«Rien ne sera plus comme avant. Il est temps de remettre tout en ordre. Nous, les jeunes de ce pays, devons saisir dans peu de temps les autorités pour comprendre ce qui se passe réellement à Kidal ». Cette phrase a été prononcée par le président du Conseil national de la jeunesse (CNJ), Abdoulaye Touré, dans la soirée du mercredi 05 juin 2013. C’était face aux hommes de média à la Maison des Jeunes de Bamako pour dénoncer les exactions commises par le Mnla dans la région de Kidal sur les personnes de peau noire.

«L’heure est grave, le moment est solennel, notre devenir en tant que nation démocratique et unitaire est compromis. Notre Maliba est plus que jamais menacé dans son essence et dans son existence. Il est devenu le théâtre d’une guerre imposée par les terroristes et les forces obscurantistes, des forces invitées au Mali par le Mnla pour des fins».

Point de place aux conflits internes, à l’égo ou à un quelconque bilan au moment où notre existence est soumise à rude épreuve par le Mnla  » a précisé M Touré. Avant d’indiquer que les groupes rebelles qui occupent la région de Kidal ont un calendrier insultant et inacceptable. «Jamais il n’a été question au Mali de ségrégation basée sur l’ethnie ou la couleur de la peau. »

L’histoire retiendra que le Mnla est le premier groupe rebelle et narcotrafiquant à inculquer un tel état d’esprit au Mali en traitant l’armée nationale d’espion sur son propre territoire. C’est pourquoi le CNJ a appelé nos autorités nationales au sens de la responsabilité afin que ces bandits soient vaincus dans un bref délai.

Le président du CNJ a, par la même occasion, demandé à la France de ne pas faire la confusion entre  » les dignes touaregs du Mali et ces groupes opportunistes».

Il a aussi profité de cette estrade pour adresser ses remerciements à la France, au Tchad et à tous les pays de la Cedeao.

Destin GNIMADI

10 Juin 2013