Partager

L’une des filles de l’ex-président angolais José Eduardo dos Santos a porté plainte pour tentative d’homicide contre son père, hospitalisé à Barcelone dans un état critique, a-t-on appris mardi auprès de ses avocats et de la police.

Tchizé dos Santos a déposé plainte à Barcelone afin qu’une enquête soit ouverte pour entre autres « tentative d’homicide présumée, non-assistance à personne en danger, lésions entraînées par une négligence grave », ont indiqué les deux cabinets d’avocats conseillant la fille de l’ex-président angolais.

Selon l’un de ses avocats, elle estime que l’épouse de son père, Ana Paula, et le médecin personnel de l’ex-président sont responsables de la détérioration de son état de santé.

Hospitalisé au sein de l’unité de soins intensifs de la clinique Teknon, José Eduardo dos Santos est dans un état critique depuis un arrêt cardiaque le 23 juin, selon sa famille.

Tchizé dos Santos affirme, selon ses avocats, que son père et son épouse étaient séparés depuis un moment et qu’elle n’a, par ailleurs, pas de pouvoir de décision sur sa santé car leur mariage n’est pas reconnu juridiquement en Espagne.

Contactée par l’AFP, la police régionale catalane a confirmé avoir enregistré une plainte concernant la situation de l’ex-dignitaire angolais et a indiqué avoir ouvert une enquête, mais sans donner plus de détails.

Afin de protéger la sécurité de son père, Tchizé dos Santos, 44 ans, exige que seuls les enfants de l’ex-président puissent lui rendre visite.

Et elle demande également aux autorités espagnoles d’assurer sa protection, ainsi que celle de ses enfants qui ont quitté l’Angola en raison de frictions avec l’actuel président João Lourenço, ex-dauphin de dos Santos.

Dos Santos, 79 ans, a dirigé l’Etat lusophone et riche en pétrole pendant 38 ans, jusqu’à son départ en septembre 2017.

Né dans un bidonville de la capitale Luanda, il est accusé d’avoir largement détourné les ressources angolaises en favorisant sa famille et ses proches. Une autre de ses filles, Isabel, est considérée comme la femme la plus riche d’Afrique.

Depuis son arrivée au pouvoir en 2017, João Lourenço a lancé une campagne pour récupérer les milliards supposément détournés sous la longue présidence de son prédécesseur.

Source: AFP