Partager

Le nom de Boko Haram signifie «L’éducation occidentale est un interdit», Boko (signifiant en français « Livre ») étant l’alphabet latin créé par les Européens pour transcrire la langue haoussa et, par dérivation, désignant l’école laïque. Haram est un mot arabe signifiant «interdit» ou «illicite» en Islam.

Se revendiquant de l’Islamisme salafiste et des Talibans afghans, Boko Haram, contrairement aux autres mouvements terroristes islamistes, est une secte. Elle endoctrine et a recours à la magie. «Certains fidèles de Boko Haram portent des grigris, cela ne ressemble pas vraiment à Al-Qaeda». Dénonçant la constitution nigériane comme calquée sur les valeurs occidentales, Boko Haram souhaite instaurer la Charia et un État islamique sur l’ensemble du Nigeria

Boko Haram se distingue par des attaques essentiellement anti-gouvernementales et non envers des intérêts occidentaux. De plus, ses membres se revendiquent comme des Talibans afghans, sans pour autant entretenir de liens directs avec eux. Cependant, à partir de 2010, et surtout des attentats de l’été 2011, il est possible que Boko Haram ait tissé des liens avec Al-Qaeda au Maghreb Islamique (l’ancien Groupe salafiste pour la prédication et le combat algérien).

Selon des sources proches des services de renseignement algériens, lesquelles ont informé leurs homologues maliens, la secte Boko Haram combattrait auprès des rebelles maliens. De soupçons pèsent également sur le Mouvement Unité et Jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO), qui a revendiqué l’attentat de la semaine derrière à Tamanrasset.
La situation devient donc plus corsée pour les troupes maliennes, conduites par les trois Colonels Gamou, Ould Meydou et Didier Dacko. Ce trio, parti à l’assaut de Tessalit il y a une dizaine de jours, n’a pas encore pu libérer la ville. Il en a été empêché par des mines anti personnelles. Les Colonels furent donc contraints de scinder le groupe en trois pour tenter de rentrer dans la ville en contournant cet obstacle. En vain. La puissance de feu des rebelles, soutenus désormais par Boko Haram et probablement par le MUJAO, était supérieure à celle de l’armée malienne.

Conséquence: les trois Colonels ont opéré une retraite et se sont retrouvés à Annefif, il y a trois jours. Ensemble ils sont retournés à Gao où, selon plusieurs témoins, ils sont arrivés hier dans la matinée. Une nouvelle stratégie sera mise en place et de nouvelles armes, plus puissances que les précédentes, mises en oeuvre pour une éventuelle libération de Tessalit. Cette ville est très importante pour la poursuite des combats, parce que c’est à partir d’elle Tessalit que les rebelles s’approvisionnent en vivres et en carburant en provenance d’Algérie.

A suivre.

Chahana Takiou

Le 22 Septembre du 08 Mars 2012