Partager

L’association «Gao Lama Borey» rejette purement et simplement l’installation des Autorités intérimaires en lieu et place des organes élus dont les mandats sont légalement prorogés jusqu’à à la tenue des élections communales prochaines. Elle émet une réserve sur la mise en œuvre de l’accord et exige une réparation juste et adéquate aux victimes des événements survenus à Gao le 12 juillet dernier.

Ces informations ont été données par les membres de l’association «Gao Lama Borey» (Gao.La.Bo) qui étaient face à la presse le samedi 13 août 2016 à l’ex-Espace Bouna, pour donner leur point de vue sur l’accord pour la paix et les événements survenus à Gao le 12 juillet dernier, mais aussi pour parler de leur association. La conférence était animée par le président de «Gao.La.Bo», Imirana Salihou, accompagné de son Secrétaire général, Faiçal H ; la représentante de l’association en France, Touré Adijatou Haïdara ; Ibrahim Ikassa et Abdel Kader Maïga, tous des personnes ressources.

Le conférencier Ibrahim Ikassa, après avoir expliqué le point de vue de l’association «Gao.La.Bo» à propos du processus de paix et de réconciliation, a déploré le fait que les jeunes de Gao, au matin du 12 juillet dernier, aient eu moins de chance face aux jihadistes et terroristes en 2012 ainsi que nos propres autorités. Selon lui, au regard de tout ce qui s’est produit, l’association «Gao. Lama Borey» rejette purement et simplement l’installation des Autorités intérimaires, en lieu et place des organes élus dont les mandats sont légalement prorogés jusqu’à à la tenue des élections communales prochaines. Il dira également que l’association émet une réserve sur la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation, sans une association inclusive des communautés à la base qui doit se faire par la tenue d’une Conférence nationale. Mais aussi, exige une préparation juste et adéquate aux victimes des événements survenus à Gao le 12 juillet 2016.

Selon Abdel Kader Maïga, comme pour manifester son manque de considération vis-à-vis des résistants de Gao dont trois jeunes sont tombés sous les balles, le président de la République, dans un discours laconique, n’a même pas mentionné le fait qu’il a reçu de ses émissaires à Gao les doléances des jeunes. Pis, à l’en croire, aucun engagement n’a été pris pour situer les responsabilités dans un bref délai. Le conférencier Abdel Kader Maïga a souligné que ce discours du président IBK était une insulte à la Nation qui était à l’écoute ce soir-là. Il a enfin demandé à l’Etat de trouver une solution juste et équitable à la problématique des jeunes du Mali et non de chercher à imposer des Autorités intérimaires criminelles au Nord du Mali.

Il faut noter que l’association «Gao Lama Borey» est une association à but non lucratif, créée le 8 juillet 2016. Elle a pour objectifs, entre autres, de lutter contre la pauvreté ; de développer les régions du Nord ; de défendre les intérêts des ressortissants des régions du Nord. De sa création à nos jours, l’association a réalisé plusieurs activités. Il s’agit de : la construction en cours de 6 forages de grand diamètre dans la région de Gao et de Tombouctou, à plus de 12.400.000 Fcfa ; la fourniture de lits, de matériels dentaires, de matériels radiographiques et une ambulance à l’hôpital de Gao ; la distribution de vivres aux populations de Gao pendant le mois de Ramadan ; la fourniture des matériels et deux véhicules aux Cscom du village de Forgho.

Diango COULIBALY

16 Aout 2016