Partager

Hier, aux environs de quinze heures (15 Heures), des détenus à la Maison Centrale d’Arrêt de Bamako se sont évadés.

Selon des témoignages recueillis sur place, dans cette action d’évasion massive bien préparée, plusieurs détenus avaient réussi à s’évaporer dans la nature, pendant que d’autres ont été arrêtés par les forces de sécurité. Une opération qui s’est soldée, selon des témoins, par la mort d’un surveillant de prison du nom de Kola Sofara.

Selon les informations recueillies sur place, les faits se sont déroulés vers 15 heures.

A l’origine de l’évasion, le nom d’un certain Mohamed Ag Alhousseyni est cité. Celui-ci serait un ancien élément de la Garde nationale appréhendé pour raison d’assassinat, apprend-t-on de source policière.

L’intéressé, dans sa fuite, s’est échappé avec plusieurs autres détenus, indique la source. Avant d’ajouter, qu’en sortant, il se serait rendu coupable de l’assassinat de Kola Sofara.

Dans leur escapade, poursuit notre source, dix prisonniers ont été repris par les éléments d’élite de la police et de la gendarmerie, dépêchés sur place et lancés à leur trousse. Parmi lesquels, on dénombre cinq blessés.

Deux d’entre eux, menottes aux poignets ont été ramenés à la Maison Centrale d’Arrêt de Bamako en présence de notre reporter.

Mais le principal cerveau de l’évasion demeure introuvable au moment où nous mettions sous presse.

Cette évasion rocambolesque relance une fois de plus le débat sur la sécurité dans nos prisons. Ce qui pose le problème de transfèrement de la MCA en dehors de la capitale. Mais aussi, les conditions de travail des surveillants de prison qui manquent de moyens.

Nous y reviendrons.

La Rédaction

17 Juin 2014