Partager

Des casiers en maîtrise totale d’eau dès la campagne 2011

Tel est l’objectif de la direction de l’Office Riz Ségou sous la férule de Kassoum Denon. Ainsi, l’ORS se lance dans une perspective de promotion soutenue de la riziculture. Par conséquent, il entend contribuer à la réalisation des 10 millions de tonnes de céréales d’ici 0 2012 comme le veut le Projet de développement économique et social (PDES) du président de la République, Amadou Toumani Touré.

Le rapport d’évaluation du 5ème contrat plan Etat, Office Riz Ségou, et producteurs qui vient d’être adopté, il y a une quinzaine de jours, présente un tableau assez reluisant. Faisant le bilan des trois années du 5ème contrat plan y compris les résultats de l’an III (c’est-à-dire les effets des trois dernières campagnes), les participants de la mission d’évaluation ont estimé que «le niveau d’exécution du contrat plan en question est globalement satisfaisant à 80% grâce à l’effort des différents acteurs impliqués, c’est-à-dire, Etat, ORS et producteurs».

La production agricole et particulièrement celle du riz, selon les participants a évolué en dents de scie. Elle se présente comme suit : en 2006, l’ORS a eu 41 024 t contre 34 971 t en 2007 et 60.084 t en 2008. Cette irrégularité, selon les acteurs, est due à la fragilité du système de submersion contrôlée face aux aléas climatiques.

A cet effet, dans une perspective de promotion soutenue de la riziculture, l’Office Riz Ségou a désormais orienté ses efforts vers la reconversion progressive des casiers en maîtrise totale de l’eau qui sera une réalité dès la campagne 2011.

Au cours de la réunion d’évaluation du contrat plan, un zoom fut fait sur les grands travaux menés par l’Office Riz Ségou. Parmi ceux-ci, il y a la réalisation des travaux d’entretien courant de tous les complexes hydrauliques, la mise à la disposition des producteurs semenciers des milliers de tonnes de semences R1 et des milliers de tonnes d’engrais pour la poursuite du programme de rinçage des parcelles.

S’y ajoutent l’acquisition par appel d’offres sur prêt BNDA le renforcement de l’effectif du personnel chargé du conseil rural par le recrutement des jeunes diplômés pour des stages de qualification en animation rurale. Ce n’est pas tout.

Il y a également la suppression des taxes à l’importation pour certains produits de première nécessité, la mise en route d’un programme intitulé «Initiative Riz» à travers lequel, les producteurs de riz ont bénéficié de l’engrais subventionné au prix de 12 500 F CFA par sac de 50 Kg avec tout l’accompagnement nécessaire : les missions d’information et de sensibilisation des acteurs sur les enjeux de l’opération avec comme motivation, l’institution d’un prix pour récompenser les meilleurs producteurs et les meilleurs agents. Au cours de la réunion, trois engagements ont été pris. Il s’agit de l’engagement de l’ORS, des producteurs et celui de l’Etat.

Les engagements de l’ORS

Ceux-ci ont porté sur les transferts des activités, la gestion financière des terres, l’intensification et la diversification des productions agricoles. Ainsi que la promotion féminine, la protection de l’environnement, la gestion des fonds sinistre et la réalisation des activités à travers les indicateurs de performance.

Le niveau de réalisation de ces engagements se présente de la sorte. Dans le cadre du transfert des activités agricole, il y a eu celles qui vise à rendre plus dynamiques les organisations villageoises dans la gestion des activités qui leur sont déjà transférées à savoir, la gestion du crédit agricole, le suivi des données agro météo, la multiplication et la valorisation des produits agricoles.

Pour cette campagne agricole, les activités menées ont consisté au renouvellement des instances des organisations paysannes, les bureaux des associations des riziculteurs, le renforcement des capacités des organisations paysannes dans la gestion des crédits de campagne octroyés par la BNDA en 2006, le suivi des données agro météorologiques au niveau de 26 villages et le suivi des activités de multiplication des semences par les comités semenciers eux-mêmes. Ce n’est pas tout.

Il y a aussi le suivi des groupements féminins impliqués dans la transformation des produits agricoles (manioc, fonio et produits maraîchers), l’équipement de nouveaux centres d’alphabétisation et la consolidation des actions déjà transférées. Celles-ci visent l’implication davantage de producteurs dans la gestion du service de l’eau et de la redevance.

Il y a également, le renforcement des capacités des associations des riziculteurs en vue d’une collaboration avec les autorités communales dans le cadre de la gestion des complexes hydrauliques qui sont des ensembles intercommunaux.

De la gestion financière l’ORS s’engage à assurer son équilibre financier à partir de ses ressources propres (fonds de la redevance eau, de la location des bâtiments, des prestations des engins lourds), des subventions de l’Etat (fonctionnement des EPA) et des ressources extérieures (partenaires au développement).

Concernant la gestion des terres, l’ORS s’engage à assurer une bonne application du cahier de charges avec les attributaires en vue de garantir la sécurité foncière à tous les exploitants agricoles dans un contexte plus réglementaire. Avec la nouvelle politique de l’intensification et le développement des productions agricoles, l’Office Riz Ségou entend mettre en œuvre des actions d’intensification et de diversification de la production agricole en vue d’accroître les revenus des producteurs et d’assurer la sécurité alimentaire.

S’agissant des actions de promotion féminine, l’engagement de l’ORS vise à consolider les acquis des projets antérieurs et appuyer les activités de promotion féminine à travers le maraîchage, l’élevage des petits ruminants, l’aviculture, le petit commerce, les banques de céréales, la transformation et la valorisation des produits agricoles ainsi que l’alphabétisation fonctionnelle.

De la protection de l’environnement, l’ORS s’engage à appuyer les populations encadrées dans la poursuite des actions de protection de l’environnement, de conservation, de restauration et de maintien de la fertilité des sols (production de plans en pépinière, implantation de bosquets, de haies vives, de banques fourragères, application des techniques d’agroforesterie.

L’engagement de l’Office Riz Ségou en ce qui concerne la gestion des fonds de soutien aux sinistrés a consisté à poursuivre la gestion efficiente du fonds de soutien aux sinistrés selon les clauses du cahier de charges convenu avec les producteurs.

«Mettre en œuvre les différentes activités du contrat/plan 2006-2008 à travers les indicateurs de performance». Tel est l’engagement de l’ORS en matière d’indicateurs de performance et d’amélioration des revenus des producteurs.


Les engagements des producteurs

Renforcer le partenariat avec l’ORS, intensifier la production agricole, mieux organiser le monde rural, la promotion féminine, la gestion du fonds de sinistrés, l’institution du droit de péage, la révision du taux de la redevance sont entre autres les engagements des producteurs. dans le cadre du contrat-plan

Avec l’ORS, ils entendent s’impliquer davantage dans l’identification, l’évaluation et le suivi des travaux d’entretien, la passation des marchés ainsi que le respect des clauses du cahier de charges dans le cadre de l’attribution des parcelles, l’exploitation des terres, le paiement de la redevance eau, l’entretien des infrastructures hydrauliques et le retrait des parcelles.

De l’intensification de la production agricole, les paysans s’engagent à améliorer le niveau des rendements des différentes productions végétales par le respect et l’application des itinéraires techniques conseillés par l’ORS sur l’utilisation de la semence sélectionnée, la fertilisation organique et minérale ainsi que la lutte multiforme contre les adventices.

Dans le cadre du renforcement des capacités des organisations paysannes, les producteurs s’engagent à consolider les associations villageoises et autres organisations à travers le respect scrupuleux de leurs statuts et règlements et appuyer l’ORS dans l’amélioration du niveau de recouvrement de la redevance eau à travers la sensibilisation de l’ensemble des producteurs.

Le niveau d’exécution des engagements des producteurs dans le cadre du renforcement des capacités n’est pas mauvais au regard de la conduite des paysans dans l’exécuttion de leur travail quotidien.

Dans le cadre de la promotion de l’emploi féminin et celui des jeunes, les producteurs ont tendance à impliquer les femmes et les jeunes dans la mise en œuvre des activités génératrices de revenus (AGR). Aussi, les paysans doivent scrupuleusement respecter les clauses du cahier de charges dans la gestion des fonds de soutien aux sinistres.

L’institution du droit de péage concerne des digues, des routes et l’installation des barrières de pluie afin de faire face à l’entretien de digues, des routes et des ouvrages souvent endommagés par les camions des forains et autres usagers.

Enfin, pour la révision du taux de la redevance eau, les paysans s’engagent dans un processus d’augmentation du taux actuel de la redevance eau en relation avec le coût réel du service de l’eau.

Les engagements de l’Etat

Ils portent sur la consolidation de l’autonomie de gestion de l’ORS, la disponibilité des ressources nécessaires à la réalisation des objectifs fixés dans le contrat / plan 2006-2008 concernant les dépenses de matériels et d’équipements, les salaires des fonctionnaires et l’entretien des canaux primaires.

L’Etat doit également appuyer l’ORS dans la recherche de financement auprès des partenaires au développement dans le cadre de la conversion de certains casiers en maîtrise totale de l’eau et des nouveaux projets qui seront initiés pendant la durée du présent contrat plan.

Cette perspective de promotion soutenue de la riziculture doit normalement commencer dès la campagne 2011. Par conséquence, L’Office Riz Ségou entend contribuer à la réalisation des 10 millions de tonnes de céréales d’ici 2012 comme cela est inscrit dans Projet de développement social et économique (PDES) du président de la République, Amadou Toumani Touré.

Alassane DIARRA

01 Avril 2009