Partager

Enregistre un déficit en électricité de 47 milliards de F CFA

La société Energie du Mali SA assure dans 17 localités du pays la production et la distribution de l’eau et l’électricité. L’entreprise, selon la Commission de régulation de l’eau et l’électricité (CREE) est déficitaire en électricité avec 47 milliards de F CFA. Au même moment, elle est excédentaire du même montant en eau. D’après une simulation faite avec le modèle économique et financier, la CREE estime qu’il y aurait un transfert net du service eau vers le service électricité. Ce qui permet à l’entreprise d’équilibrer ses comptes.

depuis 2003, les tarifs de l’eau et de l’électricité de l’Energie du Mali (EDM-SA) n’ont pas changé. La volonté du gouvernement et de la Commission de régulation de l’eau et de l’électricité (CREE) de maintenir ces tarifs, sans augmentation aucune, a été la pomme de discorde entre l’Etat et son partenaire majoritaire, Saur International. Lequel a jeté l’éponge après avoir quémandé, sans succès auprès de son partenaire, le gouvernement, de réajuster les tarifs de l’eau et de l’électricité.

Aujourd’hui, l’Etat est actionnaire majoritaire avec 66% des actions. Son partenaire IPS WA dispose des 34% restants. L’entreprise, depuis le départ de Saur, est gérée par des cadres maliens. Ceux-ci, tant bien que mal, s’investissent à donner aux Maliens l’eau et l’électricité à des tarifs supportables par la bourse du fonctionnaire moyen.

Ainsi, au niveau de l’eau, EDM-SA a-t-elle fixé des tranches. Chacun de ses clients, en fonction de sa consommation mensuelle, se situe dans une tranche. Sont situés dans la première tranche les clients qui enregistrent sur leurs compteurs une quantité inférieure ou égale à 20 mètres cubes. Ici, le mètre cube est facturé à 113 F CFA.

La deuxième tranche concerne les clients dont la consommation se situe entre 21 et 60 mètres cubes par mois. Là, un mètre cube coûte 301 F CFA. Enfin, la troisième tranche est appliquée aux clients qui consomment plus de 61 mètres cubes. A ce niveau, un mètre cube est facturé 512 F CFA.

Pour ce qui est du tarif « Industries et gros Consommateurs », il est unique et est facturé à 324 F CFA. A ce niveau, la prime fixe par mois est estimée à 56 582 F CFA. Pour ce qui est des bornes fontaines, le tarif de la facturation est unique. Les fontainiers ont le mètre cube à 113 F CFA.

Présentement, à en croire l’Etude tarifaire des services publics de l’électricité et de l’eau potable de la CREE, les clients d’EDM-SA sont au nombre de 85 224. La somme du mètre cube consommé par an est estimée à 50 054 952.

Quant au revenu facturé, il est évalué par an à 13 513 586 449 F CFA. L’analyse de la structure actuelle des usagers soumis au tarif général, réalisée par la CREE, montre que les clients concernés représentent la part la plus élevée non seulement en terme de clients mais également en terme de consommation et de revenus.

Les 11% des clients qui consomment dans la troisième tranche représentent 50% des clients, 15% de la consommation et 72% des revenus générés par l’entreprise.

Cette tranche contribue au financement des deux autres car son tarif est de 43% supérieur au tarif moyen et de 151% supérieur au tarif moyen des usagers des deux premières tranches.

Le tarif borne fontaine devrait être inférieur au tarif de la première tranche de consommation du tarif général. La charge variable du tarif « industriels et grands consommateurs » est légèrement supérieure au tarif de la deuxième tranche du tarif général (7,6%). Si l’on tient compte de la charge fixe, le tarif « industriels et grands consommateurs » est inférieur au tarif général pour des consommations supérieures à 388 m3.

Rappelons que le secteur de l’eau bénéficie de grandes subventions. L’investissement d’EDM-SA ne représente que les 27 %. Pour terminer, il faut souligner que les calculs de la CREE ont montré que l’eau est excédentaire avec 47 milliards F CFA. Selon la Commission, après une étude de simulation faite avec le modèle économique et financier, il y aurait un transfert net du service eau vers le service électricité de 47.493 millions de FCFA.

En tout état de cause, les clients sont tentés de dire, après la lecture des résultats positifs enregistrés au niveau de l’eau, que si l’électricité n’était pas déficitaire, le Mali serait allé vers une diminution des tarifs en eau.

Du côté de la Direction d’EDM-SA, nous n’avons pas été édifiés sur la véracité du montant du déficit. L’entreprise de soutenir, cependant, que la rentabilité de l’eau est élevée par rapport à l’électricité, ce qui s’explique par plusieurs raisons. Primo, le secteur de l’eau bénéficie de nombreuses subventions. Secundo, le coût de production de l’eau est pratiquement nul. Le service de l’eau ne paie pas de factures d’électricité quand bien même il ne peut pas fonctionner sans le courant.

Cependant, la gestion du secteur de l’électricité pose de sérieux problèmes à EDM-SA. Laquelle investit beaucoup dans le fonctionnement et des centrales thermiques et pour payer la facture du courant produit par le barrage de Manantali.

Abdoul Karim KONE

17 Février 2009