Partager

Dans les situations même les plus compliquées, certaines personnes sont toujours prêtes à s’excuser même quand elles ont tort. Signe de faiblesse ou de tolérance ?

Elles sont toujours prêtes à faire le premier pas vers les autres dans l’optique de s’excuser même si elles n’ont pas raison. Ces gens sont rares dans la nature mais, ils existent quand même. Et le commun des mortels se pose toujours cette question pour quoi ils agissent ainsi, seuls, ils ont la repose à cette question. Adiaratou KONIPO, fait partie de ces personnes qui pardonnent assez facilement et qui est d’ailleurs la première à tendre la main à ses camarades en cas de disputes. Assanatou KOITÉ, l’une des camarades de la jeune dame que nous avons demandé, ne dira donc pas le contraire. « Adiaratou KONIPO a juste inculqué à son cœur l’amour du prochain et le pardon qui sont des vertus à préserver. Nous sommes au nombre de sept filles dans notre Grin, mais, elle est la seule à demander pardon à sa camarade en cas de dispute même quand elle sait qu’elle a raison. Ce qui fait d’elle, la plus admirée parmi nous » ; a-t-elle déclaré.

Adiaratou KONIPO est influencée par les pratiques de la religion musulmane. En effet, cette religion nous inculque les valeurs comme le pardon du prochain, l’honnêteté et la justice. « L’islam nous demande d’être plus clément l’un en vers l’autre. D’être toujours courtois avec autrui et de ne pas lui faire du tort. Une raison de plus pour moi d’être ainsi avec mes proches » ; a-t-elle affirmé avec satisfaction.

Moumine HAIDARA, n’est pas trop religieux comme sa sœur Adiaratou KONIPO. Pourtant, ce jeune a toujours le réflexe de s’excuser en premier et même de s’excuser à la place de ses amis quand ces derniers agissent mal à l’égard d’une autre personne. « C’est très bon de demander pardon en premier. ça permet de briser sur le champ et de manière rapide la colline de la colère qui envahit les deux cœurs. Si tout le monde pouvait le faire, le monde serait très heureux aujourd’hui. Ça n’a rien de méchant » ; dit-il.

La peur de la taille, de la force voire l’état d’humeur des gens n’ont rien avoir avec ce comportement. Au contraire, ces personnes ne sont pas terrifiées, lorsqu’ils tendent la main en premier, c’est juste un principe de vie. « La peur ne fait pas partie de ma vie. Juste que je respecte et je pardonne facilement » ; a conclu Adiaratou KONIPO.

Pardonner est certes un don de Dieu, une œuvre de la religion mais aussi un prince qui détermine le vécu des gens. Une valeur sûre pour marquer la différence entre celui qui le fait et les autres.

Adama SANOGO

@Afribone