Partager

Le manque de carburant a contraint des organisations humanitaires à suspendre la distribution de nourriture dans la région éthiopienne en guerre du Tigré, où des centaines de milliers de personnes sont menacées de famine, a affirmé l’ONU jeudi.

« En raison de graves pénuries de carburant, plusieurs partenaires humanitaires ont été contraints de réduire considérablement ou de suspendre leurs activités », indique le Bureau de coordination humanitaire de l’ONU (Ocha) dans son rapport hebdomadaire sur le conflit au Tigré, publié dans la soirée de jeudi.

« Depuis le 11 octobre, sur les sept principaux partenaires actifs dans l’aide alimentaire, au moins trois ont déjà (été) contraints de cesser la distribution de nourriture. Les quatre autres devront également arrêter les distributions hors de Mekele (la capitale du Tigré, ndlr) d’ici une semaine si aucun carburant n’arrive », explique l’Ocha.

Quelque 14 camions-citernes sont bloqués dans la région de l’Afar, où se trouve la seule route terrestre praticable vers le Tigré, bien qu’ils ont obtenu l’autorisation de circuler, souligne l’agence onusienne.

Région la plus septentrionale de l’Ethiopie, le Tigré a sombré dans la guerre après que le Premier ministre Abiy Ahmed y a envoyé l’armée le 4 novembre 2020 pour chasser les autorités régionales dissidentes issues du TPLF, qu’il accuse d’avoir orchestré des attaques contre des bases militaires.

Le prix Nobel de la paix 2019 a proclamé la victoire fin novembre. Mais en juin, le TPLF a lancé une offensive qui lui a permis de reprendre la majeure partie de la région, dont Mekele.

Depuis, le Tigré est soumis à ce que l’ONU décrit comme un blocus humanitaire de facto.

Malgré la coupure des communications, l’AFP a pu confirmer des décès causés par la faim dans plusieurs parties de la région, sur la base de documents internes et d’une organisation humanitaire sur place.

L’ONU a déclaré la semaine dernière que le nombre d’enfants admis à l’hôpital souffrant de malnutrition sévère entre février et août était le double de celui de l’année dernière à la même période.

Quelque 2,5% des enfants examinés ont été diagnostiqués avec une malnutrition sévère durant la semaine dernière, a annoncé jeudi l’ONU, contre 2,3% la semaine précédente.

Le rapport souligne également qu’entre le 6 et le 13 octobre, seules 52.000 personnes ont reçu une aide alimentaire, soit 1% des 5,2 millions de personnes ciblées par les organisations humanitaires.

« Pour atteindre 5,2 millions de personnes sur un cycle de six semaines, les partenaires devraient pouvoir toucher en moyenne au moins 870.000 personnes par semaine », indique le rapport.

Après la reprise de la majeure partie du Tigré par le TPLF, les combats se sont déplacés vers le sud, dans la région de l’Amhara.

Cette semaine, l’armée de l’air éthiopienne a toutefois mené au moins quatre frappes aériennes sur Mekele, tuant trois enfants et blessant des civils, selon l’ONU. Le gouvernement affirme cibler des installations militaires des rebelles.

Source: AFP