Partager

Le Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (MAEP) est réuni depuis hier, au CICB, pour la validation des rapports provisoires des bureaux d’études qu’il a commis pour la collecte des données sur l’état de gouvernance dans notre pays.

Après Gao et Mopti, les principaux acteurs du MAEP sont encore réunis, CICB dans le but de procéder à la validation des rapports provisoires des bureaux d’études pour la collecte des données sur l’état de gouvernance dans notre pays. Cette session de deux jours donnera également l’occasion aux membres du MAEP d’examiner le rapport provisoire du groupe thématique sur la gouvernance et la gestion économique.

Mise en place pour conduire le processus, la Commission nationale de gouvernance du MAEP (CNG/MAEP) compte 105 membres. Elle regroupe des acteurs étatiques, du secteur privé et de la société civile. Depuis le 1er novembre 2007, date officielle de lancement de ses activités, plusieurs travaux ont été menés. Ils ont consisté essentiellement à la consultation de l’ensemble des composantes de la population sur l’état de notre gouvernance.

Un point d’orgue de ce processus MAEP au Mali, a affirmé Ousmane M. Diallo, (le président de CNG/MAEP), a été l’intervention des bureaux d’études pour la collecte des données sur l’état de gouvernance dans notre pays qui s’est traduit par des entretiens individuels et des focus groupes. Et d’ajouter que, « Ces focus groupes se sont déroulés dans chacune des régions. Les différents ateliers interrégionaux constituent une étape importante de notre processus national qui est celle des validation des rapports provisoires des bureaux d’études ».

Le Mali a adhéré au MAEP le 28 mai 2003. Le MAEP est un processus inclusif qui exige l’implication de toutes les parties prenantes aux questions de gouvernance politique, de gouvernance économique, de gouvernance des entreprises et de développement socio-économique.

En début juillet, une mission africaine chargée de l’évaluation du processus séjournera dans notre pays. D’ici là, le président de CNG/MAEP s’est dit compter sur l’entière implication des acteurs pour que notre pays cité en exemple de consolidation de la démocratie en Afrique le soit aussi pour sa bonne pratique en termes d’évaluation de son système de gouvernance

Sidiki Doumbia

(stagiaire)

17 Juin 2008