Partager


Le rôle de la route dans les activités socio-économiques d’un pays n’est plus un secret pour personne. A la différence des Républiques qui se sont succèdées, le combat pour le désenclavement s’est accéléré ces dernières années.

Des routes nationales, nous assistons de nos jours à la créations de nombreuses infrastructures dans tous les points cardinaux du pays. La multiplication des routes bitumées démontre le besoin criard d’infrastructures routières, malgré les efforts déjà consentis. En effet, à l’intérieur comme à l’extérieur des villes, les routes subissent les effets néfastes des pluies. Un fait qui a des conséquences multiples sur la population, en l’occurence les usagers des axes routiers.


La nécessité de revoir la conception des routes

Plusieurs routes sont dégradées aujourd’hui, ce qui entraine des pertes économiques et de temps. En effet, les routes de la dernière génération, ne sont plus résistantes aux pluies battantes. N’est-ce pas la preuve qu’elles sont mal conçues pour la plupart?

Si, oui, alors, il urge de revoir cet aspect et de veiller au moment de l’exécution des travaux afin que les normes soient respectées. Impratiquable, certaines voies réalisées dans ces conditions ne sont que de véritables “dangers de mort” mais que les usagers se voient contraints d’emprunter.


Les conséquences

Les conséquences de l’état défectueux de ces routes sont multiples. En dehors des accidents de circulations, elles constituent de véritables causes pannes et de pertes économiques pour ne citer que cela. Cependant, cette situation n’est pas récente, car l’alerte a été donnée depuis fort longtemps.

Selon beaucoup d’observateurs, l’entretien des routes et des caniveaux est en train déchapper aux structures en charge. On ne peut dire que leurs responsables ne sont pas informés de la situation. En tout cas, le développement durable ne doit plus être une théorie, le manque d’entretien et de suivi est visible à tous les niveaux.

L’état actuel des tronçons Sikasso-Bougouni, Douentza-Tombouctou est là pour l’attester. En tout cas s’il n’existe pas d’autres alternatives, l’entretien des routes s’avère indispensable au développement durable et au désenclavement intérieur et extérieur du pays.


Ousmane BERTHE (Stagiaire)

11 Aout 2008