Partager

Dans son discours introductif, le DG de l’ESTM, le professeur Younouss H. Dicko a affirmé que les récipiendaires titulaires des diplômes du graduant, de la Maîtrise ou du Master, bénéficient aussi, totalement et respectivement, des mêmes diplômes de Graduant, de Maîtrise et de Master délivrés par les Instituts des Hautes Etudes Economiques et Sociales de Bruxelles (Belgique) et de Casablanca (Maroc); ceci en application de la convention de la double diplômation en vigueur entre l’ESTM et ces deux établissements.

Les objectifs de cette convention ont été rappelés par le président Directeur Djibril Souleymane N’Diaye. Elle permet aux étudiants de :
– maximaliser leurs chances pour réaliser leurs ambitions;
– d’accéder le plus vite possible à l’emploi et au meilleur emploi;
– multiplier leurs chances d’obtenir du travail partout dans le monde, singulièrement au Mali, Maroc et en Belgique.

Le professeur Younouss H. Dicko a ajouté qu’en ce 21è siècle, “pour exister, il y a un critère incontournable et ce critère est l’éducation et plus précisément l’instruction; il s’agit de l’instruction utile au niveau le plus élevé, celle-là même qui permet de faire face à la concurrence dans l’obtention de l’emploi et du travail, le travail qui est la source nourricière de la dignité”.

Aux dires de M. Dicko, l’enseignement supérieur privé malien allègera qualitativement et quantitativement le fardeau de l’Etat, “Il nous reste maintenant, à vous investir pleinement, afin que les jeunes qualifiés voient toutes les portes publiques et privées, s’ouvrir devant leurs diplômes”.Il a remercié tout le corps professoral.

Djibril Solomane N’Diaye après avoir remercié son partenaire M. Lazrak pour sa fidélité, sa clairvoyance a invité les récipiendaires à suivre individuellement les pas de leur illustre et immense parrain.

Rappelons l’ESTM est une école internationale. Outre les nationaux, on y retrouve des étudiants ivoiriens, sénégalais, mauritaniens, marocains, tunisiens, algériens…

Dans son intervention, le porte-parole des récipiendaires M. Kambiré a affirmé que “l’Afrique ne pourra faire face au défi du millénaire sans une prise de conscience de ses fils. Cette prise de conscience n’est d’autre que d’aller à la rencontre de la connaissance, du savoir. C’est la seule manière pour pouvoir dompter notre environnement et faire de notre continent ce que nous voulons qu’il soit. Nous ne pourrons faire face au défi du développement sans passer par le renforcement des capacités”, a-t-il ajouté.

Le porte-parole des récipiendaires, major de sa promotion, a mis l’accent sur la qualité de l’enseignement reçu en parfaite symbiose avec les réalités du jour. Ce qui lui fera dire que l’avenir n’est pas un jeu de hasard.

Le parrain de la cérémonie M. Abdelhamid Lazrak après un bref aperçu sur le continent, a déploré la fuite des cerveaux vers les pays du Nord qui est estimée à 20.000 jeunes cadres chaque année.

Malgré les maux qui ruinent le continent, il a exhorté les Africains à être optimistes.

Satisfaire à la jeunesse africaine ne peut que conduire le continent à davantage de sécurité, davantage de prospérité, dans l’intérêt de tous. C’est ce à quoi l’ESTM s’est engagé” a martelé le parrain de la cérémonie.

Le président de la cérémonie, l’ex-Premier ministre Modibo Kéïta a félicité les récipiendaires qui ont eu leur diplôme, parmi lesquels 31 en graduation, 7 en maîtrise, 22 en Master.

Précisons que c’est plusieurs promotions qui ont été baptisées. Des prix ont été remis aux meilleurs étudiants.

Mamadi TOUNKARA

12 décembre 2005.