Partager

Quand Edouard a demandé à Moussa s’il était vrai qu’il avait des relations intimes avec Faustina, il lui a demandé si lui Moussa ressemblait, à première vue, à un impuissant. Les hostilités étaient ouvertes.

Edouard est un cadre compétent nommé à la tête d’ un projet.

Il était âgé et ses cheveux étaient grisonnants. En plus, il était surtout volage et avide de chair tendre.

Marié, il avait de grands enfants qui, tous travaillaient. Son épouse élevée dans la tradition ne trouvant rien à dire quand son homme rejoignait le bercail, certains soirs, après une heure du matin. Edouard avait sous ses ordres des agents qui évoluent sur le terrain en milieu rural. Aussi ils étaient tous dotés de motos et les réparations s’effectuaient chez Moussa.

Ce dernier établissait les factures, les présentait à la comptabilité et Edouard les visait pour paiememt

C’est dire qu’Edouard et Moussa le mécanicien se voyaient très souvent. Moussa était jeune et communicatif. Ainsi, il devient le confident et pourvoyeur de filles pour Edouard. Une maison genre célibatorium fut trouvée et meublée. Ainsi, plusieurs filles, épouses, avaient joué aux jeux de jambes dans le celibatorium contre rémunération. Entre temps, Edouard repéra une jeune fille du nom de Faustina qui logeait près de son service. Cette fille était la propriété d’un El Hadj, un gros commerçant, qui l’entretenait à ses frais, la logeait, l’habillait et l’enfeuillait. Intermédiaire attitré et rétribué, Moussa fut chargé de la mission et ce fut une réussite.

Cependant, Moussa ne fut pas insensible aux charmes de Faustina. Possédant aussi une clé du célibatorium, il réussit à y amener, souvent, la Faustina. Cela se passait généralement dans la journée, quand elle se rendait au marché. Cette escapade fut portée à la connaissance de Ladji qui y alla à sa manière. Un matin, vers 10h, quand Moussa sortit de la maison, avec derrière lui Faustina, il fut cueilli par trois malabars qui le laissèrent sur le carreau. Inutile de dire que les voisins au long cou et les passants qui ont assisté à la correction, ne se sont pas fait prier pour ébruiter l’incident en ville. Moussa a passé cinq jours au lit. Edouard qui avait été donc mis au courant mais tenant mordicus à Faustina, la prit sous son aisselle.

Le grand Ladji s’en retourna à ses florissantes affaires, laissant la jeune femme à cet homme qui devait être, soit sans aucun amour-propre, soit trop plein d’amour.

Ce qui est certain, Moussa n’est pas un impuissant mais il a cessé d’être proxénète.

Rakissé | Sidwaya

02 octobre 2007