Partager

Avec une forte croissance démographique qui avoisine les 7 enfants par femme et son corollaire de mortalité maternelle et néo-natale, le Mali a plus que jamais besoin d’un cadrage des naissances. C’est dans cette logique que l’Amicale des femmes de Orange-Mali (AFOM) et l’Association de Soutien au Développement des Activités de la Population (ASDAP), ont organisé le samedi 16 août une conférence-débats sur le thème : “Espacement optimal et bon timing des naissances, une opportunité pour la réduction de la mortalité maternelle et néo-natale”.

Les principaux orateurs de la conférence étaient Dr. Ousmane Traoré, et Dr. Abibatou Diallo Sylla, assistés par les membres de l’AFOM et d’autres responsables de la société des télécommunications. La rencontre fut sanctionnée par deux exposés, le premier était relatif à l’espacement optimal et le bon timing, quant au second, il évoquait les méthodes de planification familiale.


Espacement optimal et le bon timing des naissances

Selon Dr. Ousmane Traoré, l’espacement des naissances pourrait limiter des dizaines de milliers de décès néo-natales et maternelles. En 2001, pour chaque 1000 naissances vivantes, il a été enregistré 57 décès et en 2006 sur 100 000 accouchements, 462 femmes ont perdu leur vie.

Cette situation dramatique peut sensiblement s’améliorer si l’intervalle des naissances s’élevait. A titre illustratif M. Traoré s’appuya sur les statistiques nationales qui révèlent que si l’intervalle est inférieur à 2 ans la mortalité néonatale est de 93,5 pour mille, à 2 ans, elle est de 51,7 pour mille à 3 ans nous avons 35 pour mille à 4 ans et plus elle n’est que 28,3 pour mille.

Concernant le bon timing, le conférencier recommanda aux femmes un maximum de temps de 36 mois. Au-delà de trois ans, la femme peut s’exposer à d’autres risques inhérent au corps humain. S’agissant d’une femme qui a effectué une fausse couche, la période adéquate avant qu’elle ne contracte une nouvelle grossesse est de 6 mois.

Les avantages de l’espacement et du bon timing

L’espacement et le bon timing des naissances, à en croire M. Traoré entraînent chez les enfants moins de : mortalité, de malnutrition, moins de mortaltié foetale. Chez les femmes, les avantages ont pour noms moins de mortalité maternelle, moins d’anémie, de saignement au troisième trimestre, etc.

Concernant les adolescents, elles doivent s’abstenir ou utiliser de manière continuelle une méthode efficace de planning familial de leur choix jusqu’à l’âge de 18 ans avant de contracter une grossesse. Car avant 18 ans, l’organisme n’est pas suffisamment à la hauteur pour contenir une grossesse. L’espace des naissances ouvre la voie aux techniques de planning.

Les méthodes de planification familiale

Dr. Abibatou Diallo Sylla qui avait en charge l’exposition de ce sous-thème dira que la contraception c’est le fait de prévenir les grossesses. Cette contraception s’effectue à travers plusieurs voies : dans les méthodes naturelles, elle a cité l’aménouhée, c’est-à-dire la méthode de la tété, la méthode du calendrier, la méthode de la température. S’agissant des méthodes modernes, elle nota les pilules, les injectables, etc.

Les exposés des conférenciers ont été suivis par des échanges d’éclaircissement. Selon la présidente de l’Amicale des Femmes de Orange-Mali (AFOM, Mah Diallo, l’Amicale regorge en son sein de toutes les femmes de l’opérateur global des télécommunications et elle fut créée le 30 octobre 2007 en vue d’asseoir les bases d’une solidarité entre elles.


Mamoutou DIALLO (Stagiaire)

18 Aout 2008