Partager

Recherché activement par tous les commissariats de police de la place et toutes les brigades de gendarmerie, suite aux nombreuses plaintes déposées contre lui, Sambou Sissoko est finalement tombé dans un piège qu’une de ses nombreuses victimes lui a tendu avec la complicité de la BIJ. Une arrestation qui fait aujourd’hui grand bruit à Bamako car depuis lors la cour de la Brigade d’Investigation Judiciaire ne désemplit pas.

Une bonne dizaine de personnes dépouillées de dizaines de millions de F Cfa par l’individu de sinistre réputation sont en train de faire la ronde devant les inspecteurs enquêteurs pour leurs auditions. C’est le cas par exemple de ce jeune malien chômeur qui voulant se rendre en France a débloqué 3 500 000 F Cfa pour ses frais de visa. Après avoir empoché ce pactole depuis 4 mois, Sambou Sissoko qui avait pourtant promis monts et merveilles au jeune Mohamed Coulibaly s’est évaporé dans la nature.

Un enseignant de la place lui a aussi remis depuis le 15 juin 2010 la bagatelle de 3 650 000 F Cfa pour l’obtention du visa sur la France.

Et cerise sur le gâteau, toute une famille, la famille Niagaté à savoir Ibrahima, Moussa et Mamadou Niagaté se sont fait plumer entre le 11 et le 17 août dernier de près de 8 millions de F Cfa remis en espèce à Sambou Sissoko. Et c’est par le pur hasard des choses qu’ils ont su à la BIJ que celui qui se propose de leur donner des visas pour la France n’est qu’un escroc de la pire espèce.

D’ailleurs, c’est en voulant pomper encore cette famille que Sambou Sissoko est tombé dans le piège de la BIJ. Le mode opératoire de cet escroc hors pair consistait à faire croire à ses victimes qu’il travaillait avec certains employés (tous blancs) du consulat général de France au Mali. Il prenait aussi prétexte de la grève des agents d’Air France au Mali pour justifier les retards accusés dans les plans de vol. Des arguments qui sont aujourd’hui battus en brèche par les éléments de l’enquête.

Dans le lot des victimes, se trouve aussi un Malien de l’extérieur qui a perdu la somme de 5 millions de F Cfa dans une louche affaire de spéculation foncière conduite cependant de main de maître par Sambou Sissoko.

Mais aussi et surtout la société de téléphonie mobile, Orange-Mali et une banque de la place qui le poursuivent pour émission de chèque sans provision.

Sans domicile fixe, Sambou Sissoko avait fait de certains hôtels de la place ses lieux de prédilections où il pouvait mener tranquillement ses activités crapuleuses. Un de ses hôtes serait aussi à ses trousses pour «filouterie d’hôtel». Tel est l’individu qui vient d’être mis hors d’état de nuire par la BIJ. Un grand ouf de soulagement pour les populations de la capitale.

Birama Fall

19 aout 2010