Partager

Quand les arnaqueurs sur le net se sont aperçu que leur méthode ne faisait plus recette et qu’il y avait beaucoup de criminels libériens, sierra léonais et nigérians à Rebeuss, ils ont cherché à l’améliorer. Cette fois avec des jeunes filles en chair et en os qu’ils jettent comme appât.

jpg_appat.jpgPenda est un appât tout à fait particulier. Avec sa jeunesse, sa beauté et son corps à damner un saint, son terrain de prédilection, c’est les sites sociaux de rencontres sur Internet.

I.Nd raconte : «J’étais sur un site en train de parler à un ami, lorsqu’elle fit irruption dans ma vie. Elle avait commencé à m’envoyer un message instantané, disant qu’elle voulait échanger quelques mots avec moi, et j’ai accepté. Puis je lui ai écrit des messages, comme cela se fait quand on cherche à draguer une fille sur le net. Comme ça. Je ne l’avais jamais vue avant. Mais quand elle s’est présentée à moi comme une victime de guerre provenant du Libéria, quand elle rajouta qu’elle était orpheline, qu’elle ne connaissait personne à Dakar où elle est condamnée à vivre désormais et qu’elle était très solitaire au camp de réfugiés, j’ai voulu en savoir plus. Et au besoin, la garder pour la protéger. C’est comme ça que notre liaison par le net a démarré. Puis, je lui ai demandé des photos et elle me les a envoyées dès le lendemain.

Notre petit flirt a duré un peu longtemps. Elle m’a transmis un numéro de téléphone (N.D.R.L : le numéro existe bel et bien) où l’appeler. Mais comme elle ne parle qu’anglais, alors que moi, je fais du débrouillé, j’avais peur de m’emmêler les pinceaux. C’est pourquoi, à mon tour, je lui ai envoyé un numéro, quitte à elle de se débrouiller. Elle non plus ne répondit pas à cette requête. Puis le lendemain,au moment où j’allais lui en faire la remarque, elle commença à me raconter que son père avait, pendant la guerre dans son pays, fui avec la somme de trois millions de dollars qui ont été finalement versés dans une banque londonnienne, et qu’elle voulait mon concours pour récupérer cet argent. Il fallait que je lui donne mon compte bancaire pour récupérer l’argent. Après quoi, elle serait prête à rester au Sénégal, terminer ses études ou trouver un mari.

Cela fit tilt dans ma tête. C’est la même méthode, en moins sophistiquée qu’utilisent les nigérians un peu partout dans le monde. C’est avec le même procédé qu’ils parviennent, avec votre identité, à entrer dans votre propre établissement bancaire et le vider.J’avais compris. Sur le coup, j’ai mené mes investigations. Elle ne raconte que des mensonges. »

Mais si I ND a accepté de parler sur notre insistance, c’est parce qu’il aurait également appris que Penda Velon aurait fait beaucoup de victimes à Dakar, dont un milliardaire aux crochets de qui elle vit dans un quartier huppé de la capitale.

Cébé

Source Rewmi