Partager

Le richissime homme d’affaires s’est fait rouler dans la farine par un élu communal ivoirien qu’il réussira toutefois à faire écrouer pour la perte d’environ 4 milliards CFA.

Tout est parti de l’arrestation du maire de Bangolo, en l’occurrence Gah Arsène, qui fait face désormais Cece Komé. Celui-là même qui a sorti de terre les hôtels Radisson et Sheraton (désormais Radisson Blue) qui font la fierté de l’hôtellerie malienne. Il ressort de nos recoupements qu’une bande organisée d’escrocs, avec des ramifications dans plusieurs pays, s’est joué de lui en lui faisant miroiter l’exploitation d’un fonds du Luxembourg à même de financer des gros projets. Avec le Radisson ACI 2000 de Bamako en chantier, près de l’ambassade de Côte d’Ivoire, il est clair que l’homme d’affaires reconnu pour sa modestie se trouvait dans le besoin de liquidités pour cet investissement.

Les complices du cupide maire aux mains de la justice ivoirienne, parmi lesquelles sa campagne, se sont chargés d’entrer en action hors d’Afrique de l’Ouest. Paris, Dubaï, Luxembourg et Kenya sont entre autres les différentes ramifications où les présumés malfrats ont organisé assez de rendez-vous d’affaires pour susciter l’espoir du fils de Koira. Mais c’est du côté de Nairobi que des policiers seront mis à contribution pour parfaire l’arnaque que le cerveau de la supercherie finira par assumer. Le politicien à peine réélu aux dernières communales, après avoir intégré le parti présidentiel, se verra écroué par Cece Komé qui n’entend point lâcher le morceau.

Nos sources proches du dossier indiquent que l’accusé tente de riposter et dénonce le richissime malien comme le cerveau d’un puissant réseau de blanchissement d’argent. Sauf qu’au bout du compte, c’est bien le proprio du Radisson Abidjan dans la zone aéroportuaire qui s’est retrouvé avec plusieurs liasses de faux billets de 500 euros qui avaient une valeur de plusieurs millions de cette devise tant prisée. De quoi encourager l’association des municipalités ivoiriennes a hausser le ton pour remettre en cause l’instance pénale économique, dont la procureure n’a pas hésité à donner de la voix : elle menace notamment de poursuites le moindre manquement ou récidive des collègues de Gah Arsène.

Pour l’heure, les faits plaident en faveur de Cece Komé que nous espérons voir laver son honneur face à un groupe qui n’était en réalité que des ” marmailleurs ” de haut niveau.

Affaire à suivre

I KEÏTA

Source: Maliweb