Partager

Alors que nombre de personnes redoutaient un manque de fraîcheur physique chez les athlètes après plusieurs mois d’inactivités pour cause de crise sanitaire, la compétition de reprise, à savoir l’Open au sabre, a prouvé tout le contraire. Du moins pour les escrimeuses et escrimeurs de la Ligue d’escrime du District de Bamako qui, pour leur retour sur la piste, samedi, ont gratifié le public du centre Olympafrica de Banankabougou d’un beau spectacle.

Et comme spectacle rime souvent avec surprises, les amateurs d’escrime ont été servis, avec les défaites en finale des deux grands favoris du tournoi. Sur le tableau féminin d’abord où Diakassa Coulibaly, une habituée des podiums et l’une des meilleures épéistes du Mali, est tombée en finale, face à l’étoile montante du sabre Aïchata Dembélé.

C’est vrai que le sabre n’est pas l’arme de prédilection de Diakassa Coulibaly, mais de là à penser que l’escrimeuse de Mifa allait plier devant la sociétaire du Palais des sports, il y a un pas que peu de connaisseurs de l’escrime malienne allaient franchir. Et la surprise des spectateurs du centre Olympafrica a été d’autant plus grande qu’Aïchata Dembélé a dominé le combat de bout en bout, s’imposant au finish 15-11. C’est le premier titre majeur de la jeune escrimeuse qui, après son sacre, a eu toutes les peines du monde à s’exprimer devant les caméras.

«Je ne sais pas parler, non, je ne peux pas parler, a-t-elle réagi avant de renchérir, après insistance des journalistes : je suis contente, je ferais tout pour continuer sur cette lancée». Les deux troisièmes places, synonymes de médailles de bronze, sont revenues à Minata Doumbia (Palais des sports) et Assitan Abdoulaye Drabo (Mifa escrime club). Après les filles, place a été faite aux garçons avec le choc entre Mahamadou Samaké, pensionnaire du centre Olympafrica et Abdoul Kafar Kané, tenant du titre et sociétaire de Titan escrime club de la Commune I.

Le duel entre les deux jeunes internationaux, qui évoluent au haut niveau depuis plusieurs années, a tenu toutes ses promesses. En atteste le score de la partie : 15-12 pour Mahamadou Samaké qui a fait la différence après la pause. Sur ce tableau, les deux médailles de bronze (troisième place) sont revenues à Boubacar Ballo (Escrime club centre Olympafrica) et Souleymane Sanogo (Mifa escrime club). Au total, 24 athlètes (12 filles et autant de garçons) issus de cinq clubs (USFAS, Mifa escrime club, Titan escrime club, Escrime club centre Olympafrica et l’Escrime club du Palais des sports) ont participé à la compétition. Comme lors des précédentes éditions, le tournoi s’est disputé en deux temps : les éliminatoires et les finales.

Le bouquet final était présidé par le président de la Fédération malienne d’escrime (FME), Wahabou Zoromé, en présence du premier vice-président de la fédération, le commandant Garibou Sagara, du directeur technique de la fédération, Boubacar Abdoul Thierno Diallo et du représentant des autorités coutumières de Banankabougou, Dramane Traoré et d’une foule nombreuse.

«Je tiens d’abord à rendre hommage aux athlètes qui ont surpris tout le monde par la qualité de leur prestation. Après plusieurs mois d’arrêt pour cause de coronavirus, on pouvait craindre un manque de répondant physique des combattants, mais il n’en a rien été. C’est une grande surprise qui prouve que les escrimeurs et escrimeuses ont travaillé à leur manière pendant la longue suspension des activités», a réagi le premier responsable de l’escrime nationale. «Ma joie est d’autant plus grande que ce tournoi Open marque le début des préparatifs des Championnats africains d’escrime, prévus cette année en égypte. La particularité de ces championnats, c’est qu’ils sont qualificatifs des Jeux olympiques, Tokyo 2021. Cette année, les chances du Mali sont réelles et notre ambition est la qualification aux prochains Jeux olympiques», a insisté Wahabou Zoromé, qui pense que le spectacle produit, samedi, par nos escrimeuses et escrimeurs «est un bon signe».

Après avoir adressé ses remerciements au sponsor officiel de la FME, Sotelma-Malitel «qui nous accompagne dans toutes nos activités à travers le Comité national olympique et sportif», le premier responsable de l’escrime nationale, a invité toutes les bonnes volontés du pays à aider nos mousquetaires pour leur permettre de bien préparer les Championnats d’Afrique, Égypte 2020.

Souleymane B. TOUNKARA

L’Essor du 28 Septembre 2020