Partager

Le président du Ghana, Nana Akufo-Addo, a dénoncé le manque de solidarité au sein de l’Union africaine (UA), et en particulier de la Libye, à propos des migrants vendus comme esclaves, un scandale qui sera au coeur d’un sommet Europe-Afrique mercredi à Abidjan. M. Akufo-Addo a condamné des pratiques qu’il a qualifiées de « violations graves et scandaleuses des droits humains », dans un post sur son compte Twitter mardi soir. Les images furtives d’une vente aux enchères nocturne de jeunes Africains dans la région de Tripoli en Libye, filmées en caméra cachée et diffusées le 14 novembre sur la chaîne américaine CNN, ont suscité une onde de choc dans le monde, en se propageant comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux. Selon le chef de l’Etat ghanéen, ces ventes aux enchères tournent « en ridicule la prétendue solidarité des nations africaines regroupées au sein de l’Union africaine, dont la Libye est membre ». L’UA a appelé à des « mesures urgentes » pour mettre fin aux abus contre les migrants subsahariens en Libye. L’UE a pour sa part déclaré qu’elle ferait pression sur le gouvernement soutenu par l’ONU en Libye pour poursuivre les marchands d’esclaves et améliorer les conditions d’accueil dans les centres de détention pour migrants. Le président nigérian Muhammadu Buhari s’est quant à lui déclaré consterné que ses compatriotes soient vendus « comme des chèvres », dans un communiqué publié mercredi.AFP