Partager

Dans un monde dominé par le système capitaliste, les plus forts (les pays puissants) se développent au profit des plus faibles. Depuis l’avènement des deux guerres mondiales, ces puissances ont compris cela. Ils ont énormément travaillé pour améliorer leurs outils de défense Nationale. Parce qu’ils sont adeptes de la puissance militaire qui est un moyen d’imposer sa vision.

C’est pourquoi on dit : « Qu’il n’y a pas de développement sans sécurité et pas de sécurité sans développement ». Cela veut dire que ces deux concepts sont intimement liés. Tel ne semble pas être la situation actuelle du Mali. Nous avons l’impression que les FAMAS ne peuvent pas sécuriser le territoire du Mali et d’ailleurs qu’aucune autre force militaire sur cette terre ne peut sécuriser le Mali. L’administration militaire est en cause.

Elle semble être selon le profane et la presse privée, inefficace, corrompue et elle manque de patriotisme, faute d’une vision politique de la part du sommet de l’Etat. Et pourtant, les Maliens croyaient que le candidat IBK avait bien compris ces défaillances dans l’administration militaire du pays avant qu’il ne vienne au pouvoir. Donc une fois au pouvoir, qu’il allait s’atteler à mieux structurer l’armée pour qu’elle soit républicaine et forte. L’on se rappelle encore d’un de ses discours en tant que président lorsqu’il disait: «Pour l’honneur du Mali, je rétablirai la securité sur l’ensemble de notre territoire. Je serai le garant de la securité de tous les Maliens.

Mais, aussi des étrangers qui viennent sur notre territoire, et dont l’appui nous est décisif. Pour moi la securité n’a pas de prix… je ferai voter et appliquer de manière très rigoureuse une loi d’orientation et de programmation militaire. Il s’agira de rendre notre armée plus performante en la dotant des capacités opérationnelles adéquates pour l’accomplissement de sa mission de défense de l’intégrité territoriale. Elles doivent être portées à un niveau d’efficacité opérationnelle qui dissuade tout agresseur éventuel ».
Effectivement, une fois au pouvoir, le Président IBK a fait voter cette loi à l’assemblée nationale le 20 Février 2015, un mois juste après sa déclaration devant les FAMAS le 20 Janvier 2015 à Kati à l’occasion de la fête de l’armée.

Ces dépenses d’investissements ont été prévues pour cinq années comme suit : 104 milliards de FCFA pour l’année 2015 ; 109 milliards de FCFA pour l’année 2017 ; 97 milliards de FCFA pour l’année 2018 ; 111 milliards de FCFA pour l’année 2018 contre 93 milliards de FCFA en 2019.

Ces dépenses d’investissements représentent 34,75% du coût total du programme. D’une année et demi que cette loi ait été votée par l’Assemblée Nationale, les maliens s’interrogent sur l’utilité de ces dépenses militaires pour les deux années passées. Parce que toujours meurtris dans son honneur, son orgueil blessé et désespéré, par les attaques à répétition, le malien lambda ne semble plus faire confiance aux politiques, notamment à IBK.

Car, les dernières attaques de Nampala qui ont occasionné la mort de 20 de nos braves soldats, prouvent à suffisance que les FAMAS manquent cruellement d’outils et d’équipements militaires indispensables pour le bon accomplissement de leurs missions régaliennes. Même avec les formations nombreuses faites par les Européens, les FAMAS ne sont pas opérationnelle.

Nul, de bonne foi, ne doute de la complicité entre les rebelles et les terroristes qui sévissent dans le septentrion malien. Alors, faut-il croire à l’hypothèse selon laquelle le Mali seul ne peut pas sécuriser son territoire ? La gouvernance IBK a telle une vision claire pour le Nord ? Si oui, a-telle les moyens de cette vision ou bien n’est-elle pas corrompue ? Surtout que lors de la célébration du 20 Janvier 2016 certains pilotes réservaient un sérieux doute sur les deux hélicoptères achetés par le gouvernement du Mali.

Ceux la même qui ont survolé la ville de Kati lors de la fête de l’armée le 20 janvier 2016 alors que le Président IBK présidait la prise d’arme. Pour eux et la presse privée ces engins sont plutôt des anciens appareils repeints et révisés et non des appareils neufs que le gouvernement a voulu nous faire croire. Le Président IBK a soulevé la tête pour regarder ces appareils en vol et en les montrant du doigt aux troupes en ces termes : voilà que votre équipement a commencé.

Encore ses promesses résonnent dans les oreilles des troupes aux camps militaires de Sikasso et de Ségou lorsqu’il disait que « On n’a tout fait pour m’empêcher de vous équiper, mais vous serez équipés inch’Allah. Nous ne serons jamais assujettis par qui que ce soit. Nous ne sommes pas n’importe qui, nous sommes le Mali. Nous fûmes lorsque beaucoup n’étaient pas encore. Des puissances économiques se sont formées à partir de l’histoire de notre pays ».

Monsieur le Président savez-vous que les Maliens sont fatigués et ils en on marre de vos discours vides. Il est temps que vous vous assumez pour le bonheur et l’honneur des FAMAS.

Seydou Diarra

Le Carrefour du 28 Juillet 2016