Partager

Le match contre les éléphants de Côte d’Ivoire, en éliminatoires de la Coupe du monde Russie 2018 au Stade du 26 mars à Bamako, a été révélateur d’un potentiel d’effectifs inexploité par l’ex-technicien français Alain Giresse. Un match dirigé par le DTN Mohamed Magassouba.

Malgré un match nul, le public sportif malien a apprécié la qualité du football fourni par les Aigles du Mali. S’agit-il d’un véritable renouveau du football malien entamé par celui qui était considéré comme l’observateur et le détonateur de la politique sportive impulsée par la fédération malienne de football ?

En tout cas, Mohamed Magassouba et son adjoint Fousseyni Diawara ont eu le soutien du public sportif malien et le dernier match contre le Gabon à Libreville sera un match de confirmation pour qu’enfin la fédération malienne de football confie le football malien à un entraineur local et en la personne de l’intérimaire. D’ici-là, beaucoup de choses passeront pour que justice soit faite de manière sportive.

Mohamed Magassouba peut-il réussir ? C’est la question que le monde sportif malien se pose et qui taraude les esprits, mais à vrai dire, c’est à Mohamed Magassouba de confirmer le bien qu’on pense de lui après le match contre la Côte d’Ivoire. Pour rappel, il a fait appel à la jeunesse et il a prouvé qu’avec peu de moyens et d’effectifs, c’est-à-dire sans grand nom on peut tirer son épingle du jeu.

Un match révélateur du potentiel sportif, un match où la plupart des joueurs n’avait pratiquement pas d’expérience en équipe A, mais qui ont montré que sans expérience on peut jouer au football. C’est en jouant des matches de haut niveau qu’on acquiert de l’expérience. C’est pourquoi une génération en or était en train d’être sacrifiée par Alain Giresse, mais comme on le dit mieux vaut tard que jamais.

Ils ont pour noms : Djigui Diarra, Hamari Traoré, Youssouf Koné, Mamadou Fofana, Diadié Samassekou, Souleymane Diarra, Yves Bissouma, Adama Traoré, Adama Niane et Moussa Doumbia. Pratiquement sur les 11 rentrants, seul le capitaine Molla Wague était considéré comme un ancien et le match a été d’un très haut niveau et assez bien élaboré, mais n’eut été des maladresses de jeunesse, le Mali aurait remporté cette victoire. Dans ce onze de départ, il faut apprécier l’audace du technicien Mohamed Magassouba qui a fait fi des rumeurs et des considérations autres que l’aspect sportif.

Le capitaine Yacouba Sylla a été mis au banc ainsi que Lassana Coulibaly. Pour ce dernier, il aurait été souhaitable que le milieu de terrain joue, car cet athlète formé à Bastia est un joueur qui ne manque aucun match en ligue 1 française et ne triche pas. A part ce petit mini ménage, le match a été joué à hauteur de souhait. Le choix des hommes a payé et surtout le schéma et les systèmes de jeu appliqués ont été respectés et ce qui a manqué aux nôtres, c’est la chance qui… existe en football.

Il reste le match contre le Gabon pour que le nouveau comité exécutif décide enfin de mettre à la place la personne qu’il faut pour que nous bénéficiions enfin des moyens mis pour nos formations de jeunes. Comment pourrait-on être 3e en coupe du monde junior, deux fois vainqueur chez les U-17 et aussi finaliste de la coupe du monde U-17 et avoir un problème d’effectif ? Cela est une insulte et l’ex-milieu de terrain des bleus a insulté le monde sportif malien. C’est à Magassouba de décider enfin de nous montrer ce qu’il a appris dans le football et nous faire bénéficier de son expérience et de son savoir-faire, le reste, c’est Dieu qui décide du sort de notre sport roi.

Diakaridia CAMARA

Infosport du 20 Octobre 2017