Partager

La décision relative au port du casque dans deux semaines provoque déjà des grincements de dents non seulement au sein du gouvernement, mais également entre deux Généraux. Sans parler des usagers.

C’est dans la presse que l’information a été rendue publique. Le ministre de l’Equipement et des Transports, le Général Abdoulaye Koumaré décide tout simplement de rendre obligatoire le port des casques pour motocyclistes dans deux semaines.

Cette sortie du Général Koumaré a été immédiatement suivie de celle du Général Sada Samaké lequel estimera que la décision de son collègue des transports attendra ; et qu’il faille encore privilégier la sensibilisation et œuvrer beaucoup plus dans d’autres domaines sécuritaires.

Il s’agit là d’une contradiction manifeste et une insulte à la solidarité gouvernementale prônée par le président de la République mais dont la responsabilité n’incombe pas au deuxième intervenant. Selon toute évidence, le premier (le Général Koumaré) n’a pas consulté son homologue chargé de faire appliquer sa décision. Ce qui constitue une inélégance, voire un mépris.

Aussi, les arguments évoqués par le ministre de la sécurité intérieure sont assez pertinentes : l’heure ne se prête à pareil folklore ! Ajouter à cela que l’Etat malien en pleine reconstruction n’est pas à mesure de faire appliquer une telle décision. Toute chose susceptible d’accentuer le phénomène de l’incivisme et de fragiliser davantage les services de répression.

Par ailleurs, dans la pratique, il existe bien d’autres priorités dans la circulation routière : gestion des tricycles, feux tricolores en panne, état dégradé des routes, insuffisance, voire absence de pistes cyclables, non immatriculation des véhicules, etc. Le ministre Koumaré incapable de trouver réponses à ces questions, préfère visiblement se mettre en valeur à propos du port des casques.

Il s’agit curieusement d’une litanie qui revient à chaque annonce de remaniement ministériel. L’on se rappelle en effet lors de la transition, que ce même ministre a échoué dans la même tentative. Avant lui, Moussa Traoré et ATT ont également échoué. La décision fut d’ailleurs l’une des dernières du Gouvernement ATT. Alors…

Toumani

Maliba Info du 4 Février 2014