Partager

C’est hier en milieu de matinée que la composition du tout nouveau gouvernement de transition a été rendue publique. Une équipe très attendue tant du landerneau politique, que de la communauté nationale et internationale au regard de ses conditions de mise en place et plus généralement de l’environnement qui prévaut après la triple et douloureuse épreuve que le Mali a connue il ya maintenant un mois : le coup d’Etat du 22 mars, la partition du pays occupée aux deux tiers par les forces conjuguées du MNLA et d’Ansar Dine et la déliquescence d’une armée nationale contrainte de céder du terrain face à l’envahisseur.

jpg_une-663.jpgMme Traoré Rokia Guinkiné

C’est donc un pays en état de choc, au chevet de la communauté internationale, qui découvre, non sans interrogations, supputations et commentaires, les hommes et les femmes commis à la sauvegarde de la Nation et à la reconquête de sa fierté entamée. Qui sont-ils ? D’ou viennent-ils ? Quelle autopsie peut-on en dresser ? Quelles réactions des leaders d’opinion ? Bref que peut on légitimement et objectivement en attendre ?

La première remarque qui s’impose c’est que le Front Uni pour la Sauvegarde de la Démocratie et la République ,FDR, regroupant les partis ( les plus essentiels) et les associations agissant contre la rupture de la légitimité républicaine et luttant pour le retour effectif à l’ordre constitutionnel , malgré sa décision de ne pas entraver l’action du gouvernement, annonce dans un communiqué, dont nous nous faisons l’écho, qu’il ne se reconnait pas dans le gouvernement Cheik Modibo Diarra. Un gouvernement qui jure dit-il d’avec l’aliéna b de l’article 6 de l’Accord Cadre qui lui sert de fondement et qui appelait à la constitution d’un gouvernement d’Union Nationale. Et pour n’avoir ni été consulté ni associé ne s’y reconnait pas, du fait de son caractère non consensuel et du traitement réservé aux injonctions de l’Union Africaine demandant expressément le retour de l’armée dans les casernes.

A ces yeux que vaut donc un tel gouvernement en porte à faux à la fois avec les principes intérieurs de sa mise en place et l’onction supranationale , nécessaire dans le cas d’espèce, surtout à un moment où, devant le désastre que l’on sait, des voix s’élèvent pour une union sacrée de tous le Maliens. La même remarque vaut pour le MP22, le soutien civil et politique du CNRDRE aux premières heures du coup de force ayant renversé ATT et dont la tête de proue est incarnée par le Dr Oumar Mariko de Sadi et la COPAM créée pour la circonstance. Lui aussi en des termes sans équivoque dénonce un gouvernement composé de Maliens davantage plus engagés auprès de chefs d’Etats étrangers et institutions régionales et internationales qui, parce que restés trop longtemps loin du pays et des populations ne sont pas à même d’appréhender leurs préoccupations et de fédérer les énergies qui permettront d’aller de l’avant.

jpg_une-664.jpg Mamadou Coulibaly

La déclaration du MP22, rendue publique à paine quelques heures de l’annonce de la composition gouvernementale est un vrai camouflet au CNRDRE et au gouvernement Cheick Modibo Diarra. En ce sens elle traduit le refus du blanc seing à accorder sans condition et le refus du soutien aveugle à une junte dont il avait pensé un moment en phase avec ses idéaux. Par cette sortie le MP22 se rapproche des positions du FDR un rapprochement que les jours à venir clarifieront. Pour l’heure Mariko et ses amis trouvent que les nouvelles autorités sont « loin des attentes d’un combat pour le changement ». Et de se démarquer d’un gouvernement à ses yeux incapable de « sécuriser le peuple et les frontières » le FDR ne dit pas autre chose qui réaffirme son engagement à se montrer vigilant pour « la défense de l’intégrité du territoire national, l’assistance aux populations des régions Nord du Mali, la défense de la Constitution et de la République, le respect des libertés individuelles et collectives et l’organisation d’élections régulières et transparentes dans des délais raisonnables.

La deuxième remarque, dans une tentative de lecture froide, c’est que l’équipe de Cheikh Modibo Diarra peut être rassemblée en cinq grands groupes dont le premier celui des Maliens de l’extérieur en tête desquels le Premier ministre lui-même qui ne fait pas mystère de ses connexions américaines et autres sud africaines qui l’ont tenues longtemps éloigné du Mali et des ses vrais problèmes, il ne connait que passablement le pays et les hommes dans un contexte de troubles où chaque acteur compte, où chaque problème est exacerbé tout autant que les sensibilités. Le numéro deux du gouvernement, l’unique ministre d’Etat, Sadio Lamine Sow est un conseiller de longue date du président du Faso, poste qu’il occupe à ce jour.

Il fait partie de cette race de journalistes africains qui ont opté de travailler à polir l’image des chefs d’Etat africains à l’extérieur de leur pays.

jpg_une-665.jpg Hamadoun Touré

Arrivé au Burkina Faso à la faveur de la Révolution Sankariste, Sadio Lamine Sow rencontrera le président Compaoré et, depuis les premières heures de la prise du pouvoir par ce dernier à Ouagadougou, il s’occupa de sa communication et de ses relations publiques, avant d’être l’homme de missions beaucoup plus spéciales. A Ouagadougou, des indiscrétions sont convaincues que c’est grâce aux bons offices de cet homme que les relations avec feu, le colonel libyen se sont rapidement améliorées après l’assassinat du capitaine Thomas Sankara… C’est ce conseiller de Blaise Compaoré qui est aujourd’hui le ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale du Mali. Une telle présence laisse supposer que c’est par son entremise que la question du nord du Mali sera gérée par le médiateur, à preuve la libération de l’otage suisse s’est faite par son canal et ce sont ses hélicoptères qu’on a vu au dessus de Tessalit et Tombouctou. M Sow aura à prouver qu’il est plus Malien que Burkinabé.

Troisième sur la liste, M. Adama Ouane, ministre de l’Education de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues Nationales. Cet ancien Directeur Nationale de la Linguistique Appliquée en 1980 revient à son ministère d’origine, trente ans après. Trente ans qu’il aura passé en Allemagne, à Hambourg, en tant que représentant de l’Unesco. Il a un gap de plus d’un quart de siècle à combler. Les autres de la catégorie sont M. Hamadoun Touré et Mme Diallo Fadima Touré. L’un jusqu’à une date récente était le porte parole de l’ONUCI à Abidjan après être passé par le Rwanda d’autres pays, l’autre en poste à Tunis pour le compte d’une multinationale canadienne, fut cette bouillonnante Directrice des Domaines des années Moussa Traoré. Depuis plus de quinze ans elle s’est établie au Canada où elle a prospéré .Chargée de l’Artisanat, de la Culture et du Tourisme elle aura fort à faire pour ramener les touristes dans le septentrion.

jpg_une-666.jpgTiénan Coulibaly, Ministre des Finances

Un groupe qui retiendra, à coup sûr, l’attention des observateurs de la scène politique, c’est celui des anciens de l’UDPM entre autres Tiéna Coulibaly le dernier ministre des finances de Moussa Traoré avant sa chute qui rempile au même poste avec en sus l’économie et le budget. Un grand retour après son passage à la CMDT, son dernier poste en date. La ministre Mme Traoré Rokia Guikiné est l’épouse de M Drissa Traoré réputé baron du MPR et proche de Chogel Maiga son président. Il serait loisible de lire la réaction du secrétaire général du parti du tigre, le professeur Kanouté, sur le gouvernement, dans les pages suivantes Enfin M. Moussa Léo Sidibé, Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, le nouveau ministre était Directeur général de l’Office du Niger en mars 1991 lorsque le vent du changement sonna sur le Mali. Récemment, secrétaire général du ministère de l’agriculture, il venait de faire valoir ses droits à la retraite. C’est de cette retraite que Cheick Modibo Diarra est allé le chercher pour le mettre à la tête d’un super ministère.

Est-il nécessaire d’évoquer le cas de M Cheikh Modibo Diarra lui-même ?

jpg_une-667.jpgLe Genéral Tiéfing Konaté

Troisième groupe : les militaires. Ils occupent les postes de la Défense de la Sécurité et de l’administration territoriale. Ce sont le Colonel major Yamoussa Camara, le Genéral Tiéfing Konaté et le colonel Moussa Sinko Coulibaly. Leur entrée au gouvernement est jugée non conforme aux dispositions de l’Accord Cadre , selon le FDR. Cette part faite au CNRDRE est-elle l’avant gout de ce que sera l’entreprise de reconquête du Nord ?

Les technocrates : le plus célèbre d’entre eux Malick Coulibaly hérite du ministère de la Justice. Vous vous souviendrez que dans notre parution N°2710 du vendredi 3 octobre 2008, nous titriions “Pour protester contre la corruption de la justice: un magistrat malien démissionne”. A l’époque, Malick Coulibaly, substitut du procureur de Kati., excédé par l’ingérence inexplicable du parquet général dans un dossier au niveau du tribunal de Kati, et pour protester contre « l’instrumentalisation de la justice de son pays », a déposé sa démission sur la table du ministre de la Justice. Fait rare au Mali, cet acte l’a propulsé dans l’estime de ses concitoyens. Le choix de ce jeune magistrat pour diriger le ministère de la justice est aujourd’hui salué par bon nombre de ses compatriotes qui comptent sur lui pour l’assainissement des cours et tribunaux.

jpg_une-668.jpgHameye Founé Mahalmadane : Ministre des Sports

Un magistrat très connu au Mali, du fait qu’il fut longtemps secrétaire général du Syndicat autonome de la magistrature, avant de prendre la tête du syndicat libre de la magistrature (SYLIMA), après une scission du syndicat des magistrats. C’est sans doute parce qu’il est aussi très connu du milieu du sport malien qu’il prend en charge le ministère du sport.

Quoique la plupart des problèmes brulants du Mali soient d’ordre politique (reconstruction de l’armée, organisation d’élections libres et transparentes reconstruction de la cohésion sociale et reconquête de l’intégrité du pays) très peu de représentants de la classe politique du mouvement démocratique figurent dans le gouvernement Cheik Modibo Diarra. Ils y apparaissent un peu comme en catimini. Du reste le sont-ils au nom de leur formation politique ou à leur nom propre, les jours à venir, édifieront. Notons pêle mêle Mme Alwata Ichata Sahi, ministre de la famille, anciennement au ministre des domaines, proche de l’Adema, mais le secrétaire politique de parti de l’abeille, depuis Dakar, nous affirme ne pas être courant d’une quelconque nomination la concernant. ..

Nous y reviendrons dans nos prochaines éditions

La Rédaction

Le Républicain du 26 avril 2012