Partager

Que pensez et dire de ce couple?

Examinons ensemble notre point de vue; avec l’espoir que l’on fera sien le slogan : La terre; héritage à problèmes, est un legs de nos parents à transmettre à nos enfants.

Il importe alors, pour sauver la terre, que l’homme renoue avec sa relation d’antan avec la nature dans sa dimension d’univers système ou lui, l’homme, n’est qu’un élément. Pour ce faire, il est indispensable de nos jours de poser dès à présent les bases d’une civilisation nouvelle, moins agressive pour les « choses » de la terre et fondamentalement basée sur une éthique de réhabilitation et de préservation de la nature.

Comment se porte notre environnement?

Le danger imminent qu’encourt la planète à un horizon très proche est l’asphyxie. En effet, la surexploitation des ressources naturelles (l’exploitation minière); la pollution de l’air et de l’eau (les actions des teintures); la dégradation de la couche d’ozone (jusqu’à quand allons nous tolérer les réfrigérateurs et autres voitures  » au revoir l’Europe « ; les pluies acides, effaceront bientôt toute vie animale et végétale sur terre, si une stratégie de protection de l’environnement n’est pas intégrée dans toutes les actions quotidiennes de l’homme et particulièrement dans les plans de développement économique.

Qu’est ce que la culture?

Les premières ressources pour la création d’une telle civilisation sont à n’en pas douter la culture. Et pour cause.  » La culture est à la fois produit de la société et du mouvement créateur (venant) de l’intérieur des groupes et (jouant) à ce point de vue un rôle essentiel dans le DÉVELOPPEMENT.

Dans le cas exprès de la protection de l’environnement, de nombreux peuples possèdent encore ou se souviennent d’éléments de leur culture prêchant la préservation de la nature : interdits, rites, morales, croyances, etc.

Qu’en pensent et disent les Sénoufo?

Que dire :

De la morale qui dit que c’est la déliquescence des moeurs qui entraîne l’aridité de la nature ?
De l’interdiction de déboiser les rives d’une rivière en milieu Senoufo?, enfin
des rites de libation aux protecteurs de la brousse?

… ET RETENEZ CECI!!!

Il est indispensable de noter au passage que ces protecteurs de la brousse sont des génies censés hanter les essences de grands arbres tels que le « cinke » (Senoufo); Afzélia africana, le « Woonke » (Cola cordifolia), le « Rencige » (Diospyros mespili formis), le « Sinke » (Ceiba Pentadara) etc., et qu’on ne coupe jamais; VOUS ÊTES AVERTIS ET RETENEZ LE!!!

Vous faut-il une démonstration?

S’il est plus difficile de démontrer en quoi la délinquance peut entraîner la dégradation de l’environnement, il est très facile d’appuyer, sur la base d’une démonstration scientifique, en quoi le déboisement des rives des sources d’eau et la coupe des grandes essences d’arbres peuvent entraîner la sécheresse et la dégradation de l’écosystème. C’est dire qu’il est encore opportun d’utiliser la culture, au delà des politiques en cours dans la crise actuelle de l’environnement, surtout en milieu africain ou les interdits, les rites et autres croyances sont vivaces.

Dans nos prochaines parutions, nous aborderons les éléments culturels de l’ethnie Senoufo du Mali ayant valeur d’éthique de préservation et de réhabilitation de la nature ; ceci à travers l’oeuvre d’un chansonnier célèbre aujourd’hui disparu : Feu Lamoussa BENGALY.

Cheich Abd El Kader Fofana, architecte
-Abdelkader@afribone.net.ml