Partager

Sur initiative de l’ONG Agir avec le soutien financier de l’Unicef, ce projet vise non seulement à sensibiliser et conscientiser les jeunes aux problèmes de leur milieu, mais aussi à les amener à poser des actes en faveur de l’environnement.

Des déchets solides aux déchets liquides en passant par la pollution de l’eau et de l’air, notre cadre de vie avait besoin d’un SOS. C’est en réponse à cet appel au secours que l’ONG Agir a lancé samedi dernier dans l’amphithéâtre de la maison de l’environnement un projet dénommé « un regard sur l’environnement ».

Ce projet, selon la présidente de l’ONG Agir, Mme Keita Aminata Maiga, est la suite logique des actions menées par la structure qu’elle dirige (ONG Agir) depuis plus d’une décennie. Il fait partie de l’une des activités visant à sauvegarder l’environnement et à rendre au parc biologique son rôle éducatif d’où une maison de l’environnement au cœur du parc botanique.

« C’est un projet d’éducation environnemental. Nos attentes c’est un changement de comportement par rapport à l’environnement. Et c’est une question de volonté, de dire je fais ça, je ne fais pas ça par rapport à l’environnement. Simplement une question de volonté. Je crois que nous sommes sur la bonne voie » s’est exprimée Mme Keita Aminata Maiga, avant d’ajouter le slogan cher à son ONG « La prise en compte de son milieu n’est pas forcément une contrainte ».

Pour le ministre de l’éducation de base, de l’Alphabétisation et des Langues nationales, Mme Sidibé Aminata Diallo, c’est une nécessité de changement de mentalité dans la bataille contre la dégradation de l’environnement. Une bataille « personnelle », selon elle, qui passe d’abord par l’éducation de tous.

« Nous sommes devenus aussi des pays pollueurs. Nous sommes peu industrialisés, mais nous participons au réchauffement climatique. La lutte contre le réchauffement climatique est inscrite sans doute dans les combats de « Agir ». «Il y a une prise de conscience devant laquelle nous sommes interpellés, et que cette prise de conscience doit continuer, que l’éducation doit continuer, que les protections se feront en éduquant » a déclaré le ministre qui s’engage auprès de l’ONG Agir pour le combat contre la nature.

Le projet « regard sur l’environnement » à travers trois projections de film sur les documents réalisés en 1999 et 2004 sur l’environnement notamment dans un camp de sport au Kenya, et des débats avec les élèves, les étudiants et les acteurs impliqués dans la lutte contre l’environnement ont permis d’édifier les uns et les autres sur l’impact des déchets dans nos vies. Une situation qui nous interpelle car comme dit un adage la qualité de vie d’un homme dépend de la qualité de son environnement ».

Dans les recommandations et conclusions en fin des discussions, il est ressorti que l’éducation, l’engagement de chacun de nous tous et des décideurs constitue sans doute un maillon essentiel pour réussir un changement de comportement en faveur de notre cadre de vie.

Boubacar Diakité Sarr

26 février 2008.