Partager

Environ 1.200 soldats sud-soudanais ont été tués dans les combats pour la zone pétrolière disputée de Heglig, a annoncé lundi le commandant de l’armée soudanais, Kamal Marouf, sans préciser de bilan pour ses propres troupes. Dimanche, Khartoum avait évoqué un bilan de 400 morts sud-soudanais. Il était impossible de vérifier ces affirmations, mais selon un correspondant de l’AFP la zone était jonchée lundi de cadavres de soldats sud-soudanais. Il y a une semaine, après quelques jours de combats, Juba avait évoqué un bilan de 19 morts pour l’armée sud-soudanaise et 240 morts parmi les troupes soudanaises. Khartoum avait annoncé vendredi la reconquête de Heglig, prise le 10 avril par l’armée sud-soudanaise, qui a pour sa part affirmé avoir mené, sous la pression internationale, un retrait volontaire et progressif. Les restrictions imposées par Khartoum n’ont pas permis aux journalistes de se rendre à Heglig pendant les combats. Les deux pays n’ont pas réussi à régler par la diplomatie les questions laissées en suspens lors de la partition, au premier rang desquelles le tracé de la frontière et le partage des revenus pétroliers. La zone frontalière de Heglig représente la moitié de la production pétrolière soudanaise. Juba revendique cependant l’autorité sur ce territoire. AFP