Partager

Après une gestion jugée satisfaisante par plusieurs observateurs et acteurs de l’université, le jeune bouillonnant Almamy I Koita a passé le relais du comité AEEM de l’ex faculté de médecine. C’est désormais Doua Sissoko, dernièrement élu, qui prendra en charge la destinée du bureau syndical de nos jeunes médecins et pharmaciens en devenir. Qui est Doua Sissoko ? Quelles sont ses ambitions pour sa faculté ? Quelles sont ses impressions sur le bilan de son prédécesseur ? Les réponses dans les lignes qui suivent…

Le Flambeau :Qui est Doua Sissoko et de quel état major il est issu ?

Sissoko Doua : Je me nomme Sissoko Doua, étudiant en 5ème année médecine générale. Je suis seulement depuis quelques jours, celui à qui les étudiants en médecine, en pharmacie et en odontostomatologie ont décidé de confier le fauteuil de secrétaire général du comité AEEM.Je fais partie de l’état-major qui a pour nom ‘’La renaissance convergence syndicale’’ que nous appelons également ‘’l’armée rouge’’. Il fut créé en 1999 par un groupe de jeunes, en médecine et en pharmacie. Je souhaiterais profiter de l’occasion qui vient de m’être donné par le journal ‘’Le Flambeau’’ pour les remercier tous.

Le Flambeau :Comment avez-vous été élu secrétaire général ?

Sissoko Doua : J’ai été élu secrétaire général par la voie des urnes, grâce à la coalition que nous avons fait avec nos camarades de l’état-major, Rassembleurs, Secouristes, Réformateurs (RASERE) et l’état-major l’Alliance Universitaire pour le Renouveau (ALLURE).

Le Flambeau : quelles sont vos priorités pour la FMOS/FA-PHA ?

Sissoko Doua : La priorité, c’est de faire en sorte que l’année soit sauvée à tout prix. Nous savons qu’il y a des problèmes qui planent sur nos têtes comme une épée de Damoclès. Parmi ces préoccupations, la plus inquiétante reste la grève des enseignants du supérieur. Qu’il me soit permis une fois de plus à travers notre journal de les supplier de faire en sorte que l’année académique 2012-2013 soit sauvée.

Le Flambeau : Quels sont vos rapports avec le secrétaire général sortant ?

Sissoko Doua : J’ai toujours eu de très bons rapports avec Almamy I Koita. Je fus même son directeur de campagne l’année dernière. C’est un homme bien. Il est intelligeant et ouvert d’esprit. Il est aussi un homme de dialogue. Pour être honnête avec moi-même, je dirais qu’il a beaucoup contribué à ma victoire. Qu’il en soit remercié.

Le Flambeau :Que pensez-vous de son mandat ?

Sissoko Doua : Almamy I Koita a eu l’infortune de tomber sur une année universitaire hyper compliquée. Pour ne citer que les 107 jours de grève illimitée des syndicats de l’enseignement supérieur. Pendant ces 107 jours, Almamy a fait preuve d’un leadership sans précédent. Des sit-in aux conférences de presse en passant par des marches… Enfin bref, je pense sincèrement que son mandat a été une véritable réussite. Il s’est battu avec dignité et toute son énergie pour la cause des étudiants de la FMOS/FA-PHA. A leur nom, je lui dis merci.

Le Flambeau : Quelles sont les préoccupations actuelles de la FMOS/FA-PHA ?

Sissoko Doua : Nous avons plusieurs préoccupations qui ne peuvent être traitées sans le concours à la fois de notre administration, du centre national des œuvres universitaires (CENOU) et du département en charge de l’enseignement supérieur.

Premièrement, nous avons une salle informatique qui ne possède qu’une seule machine pour plusieurs milliers d’étudiants. Il faudra que ce problème soit rapidement résolu. La fermeture des écoles privées de médecine fait partie de nos préoccupations majeures. La dotation de nos deux plus grands amphithéâtres en connexion wifi nous préoccupe aussi, car cela est très capital pour nos besoins de recherches en tant que scientifique. Sur le plan pédagogique, nous sommes en manque criard de matières adaptées notamment les différents organes du corps humain (en imperméable)…Nous comptons sur l’implication des uns et des autres pour la satisfaction de nos différentes revendications.

Le Flambeau :Votre dernier mot

Sissoko Doua : En guise de dernier mot, je remercie très chaleureusement tous ceux qui m’ont élu. Je leur promets de me battre pour eux avec humilité, dignité tout au long de mon mandat. Je prie pour des élections calmes et apaisées. Je dis enfin merci au journal ‘’Le Flambeau’’ pour sa mission au service des universitaires maliens.

Propos recueillis par

KANTAO Drissa

17 Juillet 2013