Partager

Comme promis par le nouveau PDG de l’Office du Niger lors de la première phase de sa prise de contact avec les forces de travail, les exploitants agricoles, les anciens de l’Office les 19, 20 et 21 juillet 2011 dans les zones du Macina, Diabaly, N’Débougou et Molodo, l’envoi des ressources financières nécessaires aux directeurs de zone pour l’entretien des réseaux d’irrigation a été effectif dès son retour du terrain le lendemain vendredi 22 juillet 2011.

Il l’a promis et il l’a fait ! En tournée de prise de contact du 19 au 21 juillet 2011, le nouveau PDG de l’Office du Niger, Amadou Boye Coulibaly, s’est rendu successivement à Macina, Diabaly, N’Débougou et Molodo non pas simplement pour mettre un nom sur le visage des uns et des autres, mais pour s’assurer avant tout des conditions de déroulement de la campagne agricole 2011-2012.

Mais quelle ne fut la surprise du nouveau patron de l’Office du Niger d’apprendre et de constater lui-même que l’entretien courant et périodique des réseaux d’irrigation n’a pas été fait ! Ce qui sonne mal à l’oreille. Il y avait donc urgence à corriger cette maldonne pour limiter les dégâts.

Aux grands maux, les grands remèdes. Le PDG de l’Office du Niger, Amadou Boye Coulibaly sachant bien que les directeurs de zone sont amputés totalement de ressources financières provenant essentiellement de la redevance eau, le tout étant versé à Ségou, a fait acte d’allégeance. Boye a ordonné aux directeurs de zone la signature de tous les appels d’offres répondant aux critères pour le nettoyage des réseaux d’irrigation.

De la même manière, le PDG du « Grenier de l’Afrique de l’Ouest » s’est engagé à expédier les fonds nécessaires à l’entretien courant et périodique des réseaux hydrauliques de l’Office du Niger. Liant l’acte à la parole, Amadou Boye Coulibaly n’a pas lésiné sur les moyens en débloquant dès le lendemain vendredi 22 juillet 2011 de son retour à Ségou les fonds nécessaires pour ce faire.

Même s’il s’est gardé de révéler l’enveloppe allouée à chacune des zones, le PDG de l’Office du Niger estime le montant global à plus d’un 1,145 milliard de F CFA. A travers cette mise à disposition de fonds, le PDG de l’Office du Niger veut que le travail se fasse le plus rapidement et le plus correctement possible. Boye n’a pas écarté l’hypothèse de faire suivre les travaux dans toutes les zones par l’audit interne.

Et le PDG d’insister sur l’exécution correcte des travaux par les entrepreneurs. Toutes ces informations ont été partagées par le PDG de l’Office du Niger au dernier jour de sa visite de prise de contact le mercredi 27 juillet 2011. A Niono, où il a occupé son 1er poste en septembre 1980 en qualité d’adjoint au chef secteur, Boye a fait savoir qu’il n’est pas question de perdre la campagne agricole.

« Depuis le mois de mai, les réseaux d’irrigation devaient être entretenus. Ça n’a pas été fait », a-t-il commenté. Pour le PDG de l’Office du Niger, il y a des difficultés mais il n’y a pas péril en la demeure. L’autre bonne nouvelle apportée par le commandant à bord du bateau Office du Niger, c’est l’installation prochaine d’une usine de transformation de tomates avec son corollaire de création d’emplois pour les jeunes et d’activités génératrices de revenus.

Les lignes de conduite dictées par Amadou Boye Coulibaly reposent sur l’action dans la solidarité, la rigueur dans le travail. Tout comme les étapes précédentes, le PDG de l’Office du Niger a rencontré les « anciens » ou les retraités de l’Office de Niono pour leur exprimer sa reconnaissance et sa fierté. C’est M’Bewani, la benjamine des zones de production de l’Office du Niger qui a été la dernière étape de la mission.

Là-bas, le PDG de l’Office du Niger a assuré les exploitants agricoles qu’ils ne seront pas les parents pauvres pour les nouveaux aménagements en cours. Idem pour les femmes et les jeunes qui seront pris en compte dans les programmes et projets de développement de l’Office du Niger. Dans toutes les zones visitées, il ressort que les engrais en stock peuvent à la fois combler les besoins de la campagne agricole et de la contre saison.

Mohamed Daou

(envoyé spécial)

…………………………….

le bâton et la carotte

Tout au long de sa tournée, Boye a tenu à mettre les points sur les i. « Les résultats obtenus sont à l’actif des cadres de l’Office du Niger. Ils ont été obtenus au prix de l’ultime sacrifice », a-t-il reconnu. Néanmoins, le PDG de l’Office du Niger a insisté sur le fait que chacun doit jouer son rôle pour mériter son salaire. A priori, Boye affirme ne pas souhaiter sanctionner, mais qu’il le fera quand ça doit se faire. « Je ne souhaite pas sanctionner mais ceux qui ne travaillent pas je vais les sanctionner. De même, ceux qui méritent d’être récompensés le seront », a-t-il averti. Outre la régularisation des reclassements, le PDG de l’Office du Niger s’engage à responsabiliser davantage les zones qui verront les comptables doublés pour pouvoir passer à temps les écritures comptables. Et cela au nom de l’amélioration de la bonne gouvernance.

M. D.

01 Août 2011.