Partager

L’ONG Mali Folkcenter-Nieta (MFC-Nieta) a renforcé du 12 au 14 décembre les capacités des récipiendaires de son concours. Ils sont désormais plus qualifiés dans le montage des projets de lutte contre le changement climatique et la préservation des ressources naturelles.

Ils viennent des écoles et associations comme l’Association O2, l’Association jeunes volontaires pour l’environnement, la Jeune chambre  internationale Bamako-Espoir, l’Association Climate-Mali, l’Ecole de formation agro-pastorale « Soumatio Diamouténé » de Sikasso, l’Institut agro-sylvo-pastoral de Bougouni, l’Ecole privée agro-pastorale du district (Epad) et de l’Institut de formation agro-sylvo-pastorale de Bamako (Ifab). Ils sont porteurs des projets. Ils sont huit femmes, 25 hommes et un groupe.

Pour le consultant du projet, Mahamadou Karamoko Diarra, les porteurs de projets ont reçu une formation qui va leur permettre de surmonter les difficultés du terrain. En outre, il s’agissait de les doter de cette capacité en montage de projet afin qu’ils puissent mieux monter leur dossier pour la dernière phase du concours qui va retenir dix projets sur la trentaine présélectionnés. Les futurs projets seront accompagnés par des partenaires de l’ONG MFC-Nieta, l’ONG danoise Access, Initiative verte, etc.

La formation de trois jours, selon des récipiendaires, leur a permis de comprendre les techniques de montages de projets, de marketing, etc. Les jeunes auditeurs ont eu droit aussi à une visite de terrain à Banankoroni dans une ferme pilote.
A en croire Ousmane Ouattara, cette formation vise à doter ces jeunes d’une connaissance en montage de projet, à connaître les aléas du monde de l’entreprenariat en vue de combattre le chômage tout en contribuant à la sauvegarde des ressources naturelles.

Cette activité vise à renforcer la capacité de notre pays à faire face à la problématique et au  défi environnemental lié à la forte croissance démographique, à l’appauvrissement des sols de cultures par des pratiques néfastes comme l’utilisation des engrais et l’agriculture intensive à travers la déforestation, a-t-il souligné.
MFC, en partenariat avec DFE (une ONG danoise), va favoriser la mise en œuvre d’un projet d’agroforesterie en réponse à long terme de la gestion durable des ressources naturelles au Mali précisément dans la Commune de Finkolo-Ganadougou et à Bamako.

Les domaines cibles du concours, faut-il les rappeler étaient entre autres : « les énergies renouvelables ou efficacité énergétique », « l’agroforesterie », « le recyclage des déchets solides et liquides », « l’agro-alimentaire bio et naturelle ».
Parmi les 34 idées de projets retenues figurent : 19 alimentations bio/naturelle, 7 agroforesterie, 4 recyclage des déchets, une énergie renouvelable et 3 projets d’agroforesterie/alimentation bio.

Cette formation de trois jours a été sanctionnée par une remise de diplôme aux différents participants.

Ousmane Daou
L’Indicateur du Renouveau du 18 Décembre 2017