Partager

Les relations entre le président du RPM, M. Ibrahim Boubacar Keïta, et les populations de Sébénikoro -particulièrement, les fidèles de la grande mosquée de cette localité- ne sont plus comme avant : elles se sont détériorées à cause du comportement du “Châtelain“ de Sébénikoro qui ne réagirait jamais aux sollicitations d’aide adressées par ses voisins.

Aussi, à moins que le Numéro 1 du RPM n’y prenne garde, son déclin politique tant ressassé risque d’être une réalité, surtout quand on sait que lors des élections législatives passées, il a du son “salut” politique aux électeurs de Sébénikoro.

Rappelons que les élections législatives de 2007 en Commune IV avaient une particularité : c’est dans cette seule Commune où le président du RPM était candidat, que Ibrahim Boubacar Keïta était resté indéboulonnable.

Autant IBK fut un homme influent de la scène politique, autant il fut très populaire parmi la quasi totalité des Maliens.

Il fut successivement Premier ministre sous Alpha Oumar Konaré, président de l’Assemblée nationale pendant la troisième législature, et président du Front pour la Démocratie et la République (FDR), un regroupement politique qui se déclare non seulement de l’Opposition, mais ambitionne de faire l’alternance.

Tous les pronostics électoraux étaient donc favorables à Ladji Bourama. Selon les uns, il n’existait aucun candidat capable de lui tenir tête en Commune IV. Et selon les d’autres, la liste RPM passerait sans problème, dès le premier tour.

Mais c’était sans compter avec le danger que le candidat indépendant, Moussa Mara, allait représenter pour le président du RPM dans ladite Commune.

Les résultats du premier tour ont donc démenti tous ces pronostics, puisque il y avait eu un deuxième tour entre IBK et Mara. Au deuxième tour, les deux candidats se dont partagés les huit quartiers que composent la Commune IV. Mais c’est grâce à l’écart de voix à Sébénikoro et à Hamdallaye qu’IBK est parvenu à dépasser légèrement son rival, pour être réélu l’Assemblée nationale.

Cela se comprend aisément, quand on sait que c’est à Sébénikoro qu’IBK habite, et que c’est à Hamdallaye qu’il a passé son enfance. A cause du voisinage qui le liait à la population de Sébénikoro, cette dernière était prête à tout pour le rayonnement politique du Mandémassa.

N’est-ce pas cette même population qui l’a sauvé d’un naufrage politique tant annoncé?


Pourquoi IBK ne réagit-il pas aux demandes de cette population ?

L’on ne saurait répondre à cette question. Mais ce dont certains se disent sûrs, c’est que la fréquentation de la grande mosquée de Sébénikoro, par IBK et son prétendu “bras droit”, Mohamed Ali Thiam, est à but purement politique.

A plusieurs reprises, cette affirmation a été prouvée par Thiam qui intervenait chaque fois pour faire non seulement l’éloge de son “mentor”, mais aussi pour tirer à boulets rouges sur le pouvoir et ses partisans.

On se rappelle aussi que malgré les demandes répétées des fidèles de la mosquée de Sébénikoro, le Mandémassa n’a pu offrir un corbillard à sa population. C’est plutôt le Mouvement Citoyen qui, à travers Mme Ascofaré Oulématou Tamboura, avait satisfait ce besoin de corbillard qui se posait avec beaucoup d’acuité.

Après ce comportement d’IBK, qui avait failli faire tourner au vinaigre les relations entre lui et la population de Sébénikoro, le président du RPM, pour se racheter, apprend-on, a promis de prendre en charge les dépenses du pélérinage de …tout le staff de l’Imam de ladite mosquée.

C’est ainsi qu’il prendra en charge les frais de pélérinage de l’Imam et de son remplaçant. Quant à celui qui devait venir en troisième position, il a demandé… qu’IBK lui donne l’argent ddu voyage, en espèces. Mais signalons qu’en ce temps, IBK était le président de l’Assemblée nationale.

C’est peut-être pourquoi la quatrième personne prévue sur la liste des “bénéficiaires partants“ pour la Mecque n’a pu bénéficier ce cette aide, l’année dernière. Ce qui, selon certains, s’expliquerait par le fait qu’IBK a été “détrôné” de son fauteuil de la présidence de l’Assemblée nationale, lors des élections législatives de 2007.

Depuis lors, les fidèles ont commencé à douter de la bonne foi de Ladji Bourama. Aussi, toujours selon nos informations, il y a de cela environ six mois que la commission des jeunes de la grande mosquée de Sébénikoro avait adressé une correspondance à IBK, pour lui signaler que le besoin de micro se pose, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la mosquée. Mais encore une fois, le président du RPM n’a pas daigné donner suite à la doléance.

C’est seulement le vendredi passé que l’annonce a été faite aux fidèles de la mosquée: un fidèle, qui n’habite même pas Sébénikoro, a acheté 5 micros et des hauts parleur pour ladite mosquée. Aussi apprend-on que cette situation serait à la base de la détérioration, sinon de la rupture, des relations entre le Mandémassa et la population de Sébénikoro qui entend désormais lui infliger un vote-sanction, le jour des échéances électorales à venir.

Est-ce donc le début d’une fin politique d’Ibrahim Boubacar Keïta dans son fief électoral ?

Moussa TOURE

13 Mai 2008