Partager


De façon générale, l’entraîneur se base sur des connaissances théoriques poussées pour programmer les entraînements et affronter des adversaires. A ce titre, il doit être observateur pour adapter l’entraînement aux individualités de chacun et pour que celui-ci soit le plus efficace possible.

Il ne doit non plus rien faire au hasard s’il a mérité son diplôme. Il faut savoir que 80 % du travail d’un entraîneur est fait en dehors des heures d’entraînement.

On imagine alors le temps passé à se battre pour ses sportifs, à faire les programmations des entraînements, à discuter et à organiser les conditions d’entraînement. Un entraîneur est donc une personne avec des connaissances scientifiques solides qui ne joue pas avec le hasard.

Intelligent, il est également un pédagogue. Il doit discuter avec ses jeunes et écouter leurs problèmes aussi bien internes au club que personnels.

Le coach (un nom qui renvoie à son rôle de manager technique) doit donc être à l’écoute de tous pour le bien-être de ses sportifs. Il n’est pas là pour casser, mais pour aider un talent à éclore. Il n’est un papa gâteau ni un père fouettard. Un entraîneur vit pour ses sportifs et est motivé par ses joueurs.

Vous n’imaginez pas son émotion face à la joie d’un de ses jeunes, si celui-ci améliore ses temps ou se défonce à l’entraînement. Le sentiment d’apporter, ne serait-ce qu’une petite chose en plus à ses jeunes, est immense et inégalable.

Un sourire, une envie ou une motivation est la récompense suprême pour un coach. Il a généralement la même réaction que tout parent quand, « l’un de nos enfants a des problèmes ». Ainsi, un technicien témoignait : « J’ai déjà eu les larmes aux yeux grâce à mes petits nageurs pour des petites choses qui peuvent paraître dérisoires qui sont pourtant inégalables pour moi » ! Epatant, fascinant !


Alphaly

11 Juillet 2008