Partager

Giresse doit-il rester ? C’est la question fondamentale que les supporters des Aigles se posent après la performance de la Can 2012. Dans l’esprit de la majorité, le technicien français a rempli son contrat ! Il va donc de soit que son contrat soit renouvelé. Ne serait que pour continuer le travail commencé avec cette génération des Aigles du Mali.

Si l’intéressé n’est pas contre un renouvellement de son bail avec le Mali, il pose ses conditions. « C’est difficile déjà de se projeter sur l’avenir. L’avenir commence par ma situation et l’on verra bien ce qui va se passer », a répondu Alain Giresse, interrogé par un confrère, à propos de son avenir à la tête des Aigles.

Selon le français, il doit faire le bilan avec les joueurs pour savoir s’il doit continuer. « Une équipe, après une grande compétition, doit se régénérer avec des arrêts mais aussi des nouveaux », a-t-il ajouté.

Après cette belle performance réalisée au Gabon et en Guinée Equatoriale, Alain Giresse ne trouve aucune objection pour poursuivre l’aventure avec le Mali. Toute fois, souhaite clarifier beaucoup de détails afin d’avoir une « lettre de mission » claire et précise sur ses responsabilités.

Visiblement, Alain Giresse « Kéita » (c’est désormais son nom d’après le ministre PPR) n’est pas satisfait de l’environnement autour de son staff. « Aujourd’hui, il ne faut pas que la victoire cache certaines situations de fonctionnement. Je n’oublierai pas, parce qu’il ne faut pas que des choses passent sous prétexte qu’on a terminé troisième. Il faut être encore plus professionnel et plus performant », a-t-il indiqué.

« Les à-côtés qui ont été désagréables pendant toute la durée de la compétition doivent disparaître. Même s’il n’est pas fait immédiatement, il faudrait que cela se fasse progressivement », a souhaité vivement, Alain Giresse.

A son avis, l’équipe du Mali a besoin encore de beaucoup plus de rigueur et non pas, dans certains cas, d’être obligée de se bagarrer sur le financement de certaines parties de fonctionnement.

Lors de la réception offerte aux Aigles et à la délégation officielle, le 13 février 2012 dans un jardin de Koulouba, le président Amadou Toumani Touré a implicitement souhaité la poursuite de la « complicité » entre Giresse et le Mali. Une manière très diplomatique de dire qu’il ne serait pas contre un renouvellement du contrat du sélectionneur français et de son staff ! Avec un public sportif quasiment acquis à sa cause, Alain Giresse est aujourd’hui en position de force pour renégocier son contrat avec des clauses lui permettant d’avoir la main libre dans le management technique de la sélection nationale !

Alphaly

15 Février 2012