Partager


Depuis son arrivée à la tête du département des Enseignements Secondaire, Supérieur et de la Recherche Scientifique, le ministre Amadou Touré ne ménage aucun effort pour la valorisation de la profession d’enseignante. L’un des métiers les plus nobles au monde dont la récompense n’a pas de prix.

Pour une première fois dans l’histoire de notre école supérieure, le Mali a organisé une grande cérémonie de remise de diplôme de reconnaissance à nos enseignants de l’Ecole Normale Supérieure de la promotion 2006-2008. C’est dans ce cadre que le ministre a rencontré hier tout le corps professoral de cet établissement afin de partager avec eux les conditions de préparation de cette activité qui aura lieu le 3 novembre prochain.


Objectif

Il est nécessaire de signaler que le gouvernement souhaite pour une première fois organiser un tel événement afin de valoriser la profession d’enseignante et de reconnaître réellement le mérite de l’enseignant. Un des problèmes majeurs de notre éducation scolaire et universitaire depuis l’avènement de la démocratie dans les années 1991.

Une profession noble

Il n’est de profession plus noble l’enseignement, la transmission des connaissances. C’est grâce à l’enseignement que les chefs d’Etat, les ministres, les Directeurs, les Ambassadeurs sont ce qu’ils sont. Malheureusement il n’est pas donné à César ce qui lui appartient. Autrement, dans cette époque contemporaine, même ceux-là qui sont chargés d’enquérir de connaissance, les enseignants, sont aujourd’hui les premiers à porter atteinte à cette profession.

Il s’agit ici des élèves et étudiants qui, de plus en plus, accordent peu d’intérêt à cette profession. Un constat amer que les enseignants de l’ENSUP ont dénoncé au cours des échanges hier avec le ministre Amadou Touré. Les enseignants ont persisté et signé en disant que c’est pourquoi aujourd’hui peu de gens optent pour l’Ecole Normale Supérieure.

C’est donc en vue de susciter l’engouement pour cette profession que le ministère a pris l’initiative de discernement des diplômes de récompense aux trois dernières promotions. Une première initiative dans l’histoire de notre pays qu’il faut saluer.

Les problèmes évoqués

En profitant de cette rencontre avec le ministre, les enseignants de l’ENSUP ont fait part des problèmes auxquels ils sont confrontés. Il s’agit des préoccupations relatives à la formation des enseignants, à l’insuffisance du budget de formation et de recherche et les conditions de vie et de travail des enseignants entre autres.

Par ailleurs, au-delà de ces problèmes ci-dessus indiqués, le corps enseignants de l’ENSUP a demandé à ce que les sortants de leur école ne soient pris sur le même pied d’égalité que les sortants d’autres facultés sur le marché de l’emploi. Autrement dit, les sortants de l’ENSUP étant les enseignants de profession méritent d’être privilégiés.


La réaction du ministre

En prenant bonne note des différentes déclarations, le ministre Amadou Touré, en tant qu’enseignant lui-même, a dit qu’il partage leur sentiment. Ce qui justifie, selon lui, sa présence parmi eux. Il s’est dit engagé pour que cette profession soit revalorisée en vue de favoriser l’émergence d’enseignants garants de la promotion de la valeur des ressources humaines.

Rappelons qu’après cette rencontre de l’ENSUP, le ministre compte se rendre à la FSJP, à la FSEG et à la FAST afin de débattre tous les sujets avec les enseignants et les étudiants.

Pour terminer, le ministre Amadou Touré a lancé un appel à tous les Maliens et à toutes les Maliennes afin qu’ils participent massivement aux assises du Forum National sur l’Education pour qu’ensemble nous bâtissions l’avenir de notre système éducatif pour un développement rapide et durable.

Hady BARRY

30 Octobre 2008