Partager

C’est demain mardi 29 décembre 2015 que le Syndicat national de l’enseignement supérieur devrait entamer une grève illimitée. Les professeurs ont reporté ce mot d’ordre au 12 janvier prochain, avec à l’appui, le dépôt d’un nouveau préavis, ce lundi 28 décembre.

une-2596.jpg« Pour une meilleure expression de la grève, nous avons reporté notre décision de grève illimitée au 12 janvier [2016, Ndlr] ». C’est par ces termes que le secrétaire général du Snesup, le Dr. Abdou Mallé, a confirmé la volonté du syndicat qu’il dirige de reporter son mot d’ordre de grève. Initialement prévu pour ce mardi 29 décembre, un nouveau préavis a donc été adressé dans ce sens au gouvernement. La raison de ce report ? Dans le milieu syndical, on parle d’une volonté de parvenir à une « meilleure expression de la grève » mais aussi dans un souci républicain de respect de l’état d’urgence instauré au Mali jusqu’au 1er janvier. Un préavis qui date du 29 octobre laissait apparaitre la perspective d’une cessation de travail des enseignants et chercheurs affiliés au Snesup. D’abord, les 15 et 16 décembre 2015, puis les 22, 23 et 24 décembre, et enfin une illimitée à partir du 29 décembre 2015. La menace n’a donnée lieu qu’à un seul round de négociation, les 24 et 25 novembre, qui n’a pu sauver le processus. Sur treize points de négociations, les deux parties sont parvenues à 3 points d’accord total, 5 points d’accord partiel et 5 points de désaccord. Conséquence : « Au regard de l’importance des points de Désaccord, le SNESUP a maintenu son mot d’ordre de grève pour les 15 et 16 décembre 2015, les 22, 23 et 24 décembre 2015 et illimitée à partir du 29 décembre 2015 », avait ainsi rapporté, il y a une semaine, le Comité exécutif national (Cen) du Snesup à ses comités d’établissement. Cette dernière étape a donc été un peu modifiée.

Dans le nouveau préavis en date du 28 décembre 2015, le syndicat dénonce une « gestion calamiteuse [de ses] revendications par le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique ». Les dix revendications en sursis sont :

1. L’application immédiate de la grille plafond 3000 issue de la mission d’études sur les conditions de rémunération et les obligations des enseignants du supérieur et des chercheurs dans les pays de l’UEMOA ;

2. La transposition immédiate des Assistants/Attachés de Recherche Docteurs dans le Corps des Maîtres Assistants/Chargés de Recherche ;

3. L’intégration immédiate dans la Fonction Publique des travailleurs contractuels payés sur les budgets autonomes des structures de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique ;

4. La prise en charge de la liste des omis du remboursement des retenues AMO et la relecture de la loi N°09- 015 du 26 juin 2009 pour rendre l’AMO effectivement facultative ;

5. L’adoption du nouveau statut « Enseignant-Chercheur » avec :
– les 04 fonctions (Assistant/Attaché de Recherche, Maître Assistant/Chargé de Recherche, Maître de Conférences/Maître de Recherche, Professeur/Directeur de Recherche) ;
– les charges horaires actuelles en semestre ;
– la transposition des Assistants/Attachés de Recherche Docteurs dans la fonction des Maîtres
Assistants/Chargés de Recherche ;

6. La nomination immédiate des agents fonctionnaires de l’enseignement et de la recherche omis de la hiérarchisation du 16 juin 2015 ;

7. La capitalisation des publications des chercheurs de l’IER recrutés en 2008 pour leur juste transposition ;

8. Le rétablissement immédiat du fonds « Etudes et Recherche » à trente millions (30 000 000) FCFA par Grande Ecole au lieu de Cinq millions (5 000 000) FCFA ;

9. La mise en place d’un fonds de formation dans les Grandes Ecoles et les Institutions de recherche ;

10. Le transfert du chapitre « Equipement » de la DFM aux structures d’enseignement supérieur et de recherche pour une meilleure satisfaction des besoins.

Les trois points qui ont fait l’objet d’accord sont relatifs à la gestion des dysfonctionnements administratifs persistants à l’Académie Malienne des Langues, le payement avec rappel de l’indemnité spéciale à un Maître de Conférences à l’ENSup, et la nomination d’un Maître Assistant de l’IUG comme Maître de Conférences.

Seydou Coulibaly

© AFRIBONE

Le 28 Décembre 2015