Partager

Le Syndicat National de l’Enseignement Supérieur, (Snesup) a mis en exécution sa menace de grève de 48 heures les 3 et 4 novembre. «Suite à l’échec des négociations avec le Gouvernement les 22 et 23 octobre 2020 et après consultation des Secrétaires Généraux des Comités, le Comité Exécutif National du SNESUP a décidé de maintenir le mot d’ordre de 48heures de grève du mardi 03 et mercredi 04 novembre 2020», avait informé Dr. Abdou Mallé, secrétaire général du Snesup à ses partisans, le 2 novembre dernier. Le syndicat menace d’observer, si rien n’est fait, une autre grève allant du 10 au 12 novembre 2020.

A rappeler que le préavis de grève  de 48 et 72heures, adressé  aux autorités le 9 octobre dernier, stipule : «Nous, enseignants du Snesup, décidons d’observer une grève de 48 heures allant du mardi 03 au mercredi 04 novembre 2020 et de 72 heures allant du mardi 10 au jeudi 12 novembre 2020 si les points de revendications suivants ne sont pas satisfaits », dit le communiqué. 

Au niveau  des points statutaires, l’on note l’application de la grille plancher 1368 et plafond 3000 aux Enseignants-Chercheurs; l’application immédiate des articles 66 et 97 du Statut des Enseignants-Chercheurs en vue de l’augmentation de 20% de la grille indiciaire et de 02 ans de l’âge de la retraite pour les Professeurs/Directeurs de Recherche et les Maîtres de Conférences/Maîtres de Recherche; l’application immédiate de la prime de recherche conformément à l’article 34 du Décret N°2017- 0850/P-RM du 09 octobre 2017 fixant les modalités d’application du Statut des Enseignants-Chercheurs.

Au niveau  arriérés d’heures supplémentaires, les tâches liées aux examens et la régularisation des salaires, l’on cite le payement immédiat des arriérés d’heures supplémentaires et des frais des tâches liées aux examens des structures; le payement des heures supplémentaires dues aux enseignants permanents exclus de l’arrêté de payement de 2016-2017 et 2017-2018 à la FSEG; le rétablissement immédiat des retenues arbitraires opérées sur les salaires des doctorants de l’Institut National de Formation en Sciences de la Santé (INFSS) et le déblocage des demandes de congés de formation; l’alignement immédiat des salaires des agents fonctionnaires de l’Institut des Hautes Etudes et de Recherches Islamiques Ahmed Baba de Tombouctou hiérarchisés le 1er octobre 2019; l’effectivité du payement des salaires des travailleurs contractuels de l’Institut d’Economie Rurale (IER) par la subvention de l’Etat.

Concernant le recrutement et la carrière, le Snesup  exige l’intégration de 59 travailleurs contractuels de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique dans la Fonction Publique issus des 502 et la gestion des dossiers des contractuels en instance, y compris ceux de 2015-2020; la hiérarchisation des Attachés de Recherche et des Assistants par la relecture de l’article 15 du Décret N°2017-0850/P-RM du 09 octobre 2017 fixant les modalités d’application du Statut des Enseignants-Chercheurs; l’affectation immédiate des Enseignants-Chercheurs recrutés en 2017 dans les hôpitaux; l’effectivité du fonds «Etudes et Recherche» pour les institutions d’enseignement supérieur et de recherche.

Au niveau  des infrastructures et les équipements, le SNESUP exige l’acquisition de deux navettes de 52 places au profit des travailleurs du pôle universitaire de Kabala; la construction d’une cité des enseignants au pôle universitaire de Kabala; la construction et l’équipement de la bibliothèque universitaire centrale (BUC). Sur le point de la sécurité, le Snesup demande l’opérationnalisation du plan de sécurisation de l’espace universitaire; la sécurisation du patrimoine foncier des Universités, des Grandes Ecoles et des Institutions de recherche; l’attribution de blouses et de badges au personnel.

Hadama B. Fofana

Source: Le Républicain