Partager


Le Syndicat national de l’enseignement supérieur (Synesup) a mis hier en exécution son préavis de grève illimité, tandis que le gouvernement a intensifié ces derniers temps les négociations visant à le convaincre que tout sera mis en œuvre pour assurer la sécurité des enseignants.

Joint au téléphone, le secrétaire général du Snesup le Dr. Abdou Mallé a confirmé que la grève des enseignants était effective. Toutes choses qu’on a pu vérifier lors de notre passage à la Faculté des sciences économiques et de gestion (FSEG) et à la Faculté des lettres arts et sciences humaines (Flash). Dans ces établissements, les professeurs étaient absents.

La veille, le lundi 25 février, une rencontre entre le Snesup et les ministres des Enseignements secondaire, supérieur et de la recherche scientifique Amadou Touré, de la Sécurité intérieure et de la Protection civile, Sadio Gassama, du Travail, de la Fonction publique et de la Reforme de l’Etat Abdoul Wahab Berthé, avait fait le point des négociations qui devraient en principe amener les enseignants à revenir sur leur décision d’aller en grève. Mais, les grévistes ont jugé nécessaire d’aller « informer leur base » avant de prendre une décision.

Le personnel enseignant et l’administration scolaire sont devenus la cible de toutes sortes de violences, un phénomène qui n’est plus étranger dans le milieu scolaire et universitaire mais qui a récemment pris une ampleur inquiétante avec l’agression d’un professeur à la Flash et l’attaque du domicile du doyen de la Faculté des sciences juridiques et politiques (FSJP).

Pour protester contre ces agissements, le Snesup a déposé le 11 février 2008 un préavis de grève illimité dont l’unique point de revendication est « la sanction totale des auteurs des agressions physiques et morales du personnel enseignant et administratif du supérieur et le rétablissement total de la sécurité, dans les Facultés, instituts de l’université de Bamako et grandes écoles ».

Selon M. Mallé, les négociations devraient se poursuivre hier.

Gageons que les pourparlers dirigés par la Commission de conciliation du MTFPRE aboutissent à un compromis.

Amadou Waïgalo

27 février 2008.