Partager

Le Comité Exécutif du Syndicat National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (CEN-SNESUP), a tenu le samedi 14 octobre dernier à l’amphithéâtre de la Faculté de Droit Public (ex ENA), une assemblée générale unitaire au cours laquelle, a été décidée la suspension jusqu’au 2 janvier 2018, de la grève illimitée décrétée depuis le 25 juillet dernier. Cette suspension intervient après que plusieurs de leurs points de revendications aient été satisfaits par le Gouvernement.

Cependant, il reste encore deux principaux points à satisfaire. Il s’agit de la mise en place immédiate de la commission bipartite d’examen des dossiers des 502 travailleurs contractuels pour leur test de recrutement à la fonction publique et la révocation du Doyen de la Faculté des Sciences Économiques et de Gestion (FSEG). Ce second point concernant la révocation du Doyen de la FSEG, Ousmane Papa Kanté a toujours divisé les militants du Snesup. C’est pourquoi,certaines structures de l’enseignement supérieur avaient décidé de ne pas suivre à 100%, cette grève illimitée car ils pensaient que cette affaire n’était pas un combat du bureau national du SNESUP mais plutôt du comité syndical de la FSEG qui devrait s’assumer. D’autres pensaient également que le Doyen de la FSEG était victime d’une cabale à cause de sa bonne gestion.

Nombreux sont les participants à cette assemblée générale qui partageaient ce point de vue jusqu’aux explications de Anna Traoré du comité syndical de la FSEG sur cette question. Selon elle, tout est parti de la décision du Doyen de la FSEG de remplacer les enseignants permanents de cette faculté par des vacataires lorsque ces derniers ont décidé de suivre le mot d’ordre de grève du SNESUP. Lorsque la grève a pris fin, explique Anna Traoré, les enseignants permanents ont décidé de reprendre leurs cours et se sont vu refuser ce droit par le Doyen qui les a empêchés d’accéder à la salle par des policiers postés devant les classes. Pour elle, ces vacataires n’ont pas la qualité nécessaire pour donner les cours à la place des enseignants permanents, compromettant ainsi l’avenir des étudiants de la faculté.

D’autres enseignants ont révélé que certains vacataires qui ont leurs noms sur la liste avec des sommes colossales ne sont même pas au Mali. Des révélations qui ont poussé de nombreux participants à cette Assemblée Générale unitaire à réclamer le départ du Doyen de la FSEG pour corruption et détournement de fonds.

S’agissant de l’intégration des contractuels à la fonction publique, il a été décidé de continuer à se battre jusqu’à la satisfaction de ce point en guise de solidarité à leurs collègues contractuels des structures de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Des sources proches du syndicat laissent croire que le traitement de ce dossier est en bonne voie. L’autre point qui a été largement discuté lors de cette assemblée générale unitaire du SNESUP est la poursuite ou non de la grève illimitée. Tandis que certains réclamaient le maintien de la grève jusqu’à la satisfaction totale de tous les points de revendications, d’autres ont demandé une suspension pour revenir en force. Finalement, c’est la suspension qui été a décidée par l’Assemblée Générale jusqu’au mardi 2 janvier 2018, le temps de permettre au gouvernement de trouver des solutions aux doléances non encore satisfaisantes. Ce qui met fin à deux mois et 14 jours de grève illimitée dans le secteur de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique.

Le bureau du Vérificateur Général bientôt saisi par le SNESUP
Le comité exécutif du SNESUP a menacé de saisir le bureau du Vérificateur Général pour enquêter sur la gestion du Doyen Ousmane Papa Kanté.

Les autres points qui ont fait l’objet de satisfaction par le Gouvernement sont: la signature d’une ordonnance portant statut des enseignants-chercheurs le 27 septembre 2017, la signature le 9 octobre 2017, du décret d’application de l’ordonnance portant statut des enseignants-chercheurs, la signature le 26 septembre 2017 du décret de capitalisation des publications des chercheurs de l’IER recrutés en 2008, la signature des arrêtés de hiérarchisation des agents fonctionnaires le 13 octobre 2017, la signature, le 13 juillet 2017 de la décision de création de la commission bipartite de traitement des dossiers des 502 travailleurs contractuels pour leur intégration à la fonction publique.

M.D

Tjikan du 17 Octobre 2017