Partager

En soutien au comité syndical de l’Institut universitaire de gestion (IUG), le Comité exécutif national du Syndicat national de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Cen/Snesup) vient d’aviser le gouvernement de son intention d’observer une grève de quarante-huit heures, les 29 et 30 juin prochain. L’un des deux points de revendications du préavis adressé au ministre du travail, de la fonction publique, chargé des relations avec les institutions, est un appel à la démission de son collègue de l’enseignement supérieur.

une-2542.jpgD’un établissement à toutes les structures de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique; la grève illimitée à l’IUG prend des proportions plus politiques. En effet, l’organe dirigeant du Snesup vient d’adresser au ministre du Travail et de la Fonction Publique, Chargé des Relations avec les Institutions, Mme Diarra Raky Talla, un préavis de grève de 48 heures, « allant du Mercredi 29 au Jeudi 30 juin 2016 ». Comme revendications, deux points sont à l’ordre du jour de ce mouvement de protestation. Il s’agit d’une part d’une exigence de satisfaction totale des revendications du Comité Snesup de l’IUG, et d’autre part de la démission du ministre de l’enseignement supérieur, ainsi celle du recteur de l’Université des sciences sociales et de gestion de Bamako (USSGB). Les dirigeants ainsi désavoués par leurs collaborateurs ne sont autres que respectivement les sieurs Me Mountaga Tall et le Pr. Samba Diallo.

Si la perspective d’un mouvement reconductible n’est pas explicitement déclarée dans le préavis en date du 14 juin 2016, les syndicalistes ne cachent pas leur intention de perpétuer leur action de soutien à l’UIG. « Le CEN-SNESUP entreprendra d’autres actions plus fortes si les revendications ci-dessus ne sont pas satisfaites », indique le communiqué signé par le secrétaire général, le Dr. Abdou Mallé. Comme quoi, il est à craindre que la grève générale se transporte dans toutes les structures de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Entre autres motivations de sa position, le Snesup reproche au ministre Tall une « inaction totale » face à la situation que traverse l’IUG, mais aussi la « gestion calamiteuse et partisane du Recteur de l’USSGB » de la grève illimitée dudit établissement universitaire. Cette structure, un des établissements de l’USSGB, observe une grève illimitée depuis le 8 mars 2016. Le mouvement qui perdure a donné lieu à peu d’initiative concrète du département de tutelle en vue d’une solution de sortie de crise. La situation a irrité le monde de l’enseignement supérieur qui s’est réuni en assemblée générale unitaire le samedi 11 juin 2016. C’est donc de cette instance statutaire du syndicat d’enseignants que la décision d’une généralisation du mouvement de grève a été prise, notamment « en soutien » à leurs collègues de l’IUG.

Le Snesup désapprouve également des propos du ministre et du recteur jugés « diffamatoires » sur les medias relativement à cette grève et aux revendications du Snesup. Et en conséquence, conclut à une « incompétence avérée du ministre de l’enseignement supérieur Monsieur Mountaga Tall et du recteur Monsieur Samba Diallo à gérer la grève de l’IUG depuis deux années universitaires ».

Seydou Coulibaly

© AFRIBONE

Le 16 Juin 2016