Partager

Le Syndicat national de l’enseignement supérieur (SNESUP) a suspendu hier son mouvement de grève au cours d’une assemblée générale extraordinaire tenue à l’École nationale des ingénieurs.

Cette suspension intervient après deux semaines de trêve que le syndicat avait décrétées à la demande du président de la République. Samedi 31 juillet, les enseignants se sont retrouvés au cours d’une assemblée générale pour apprécier les résultats des négociations engagées avec le gouvernement.

A l’issue de cette concertation décisive qui a vu les militants apprécier les résultats obtenus, les syndicats ont décidé de suspendre le mouvement de grève jusqu’en octobre et de s’atteler à sauver l’année universitaire 2010.

Joint par téléphone, le samedi 31 juillet dernier, le secrétaire général du syndicat de l’enseignement supérieur, Abdou Mallé, nous a effectivement confirmé « que le mouvement de grève a été suspendu jusqu’en octobre prochain. Nos militants ont apprécié les résultats des négociations de ces quinze derniers jours ». Il a annoncé que « des avancées importantes sont faites à l’issue de cinq rounds de négociation dont le dernier a eu lieu le jeudi dernier ». Le Synesup et le Snec signeront dans les prochains jours un nouveau protocole d’accord avec le gouvernement « .

Dr. Mallé de préciser ensuite qu’ils continueront « à demander à l’Etat le respect du protocole d’accord signé le 20 janvier 2010 relatif au taux des heures supplémentaires, à l’intégration des contractuels à la Fonction publique, à l’alignement des salaires sur ceux des autres pays de la zone UEMOA et à la future hiérarchisation « . Sur ces deux derniers points, le secrétaire du Snesup a indiqué que les discussions resteront engagées.

Quant à la suspension des salaires pendant la grève, M. Mallé rappelle que « la loi 98-067 du 30 décembre 1998 portant statut du personnel de l’enseignement supérieur prévoit au moins deux mois de congés. Le chef de l’Etat est sollicité pour la résolution de ce problème».

Il assure que l’année universitaire 2009-2010 est sauvée, car les cours continueront. Cependant, prévient-il, « nous ne ferons pas de cadeau au gouvernement à la rentrée prochaine si nous n’obtenons pas de satisfaction. »

Abdoulaye Diakité

L’Indicateur du Renouveau du 03 Août 2010.