Partager

La Direction Générale de l’IOTA, en collaboration avec les Laboratoires PFIZER, a organisé le mercredi 2 juillet, un enseignement post-universitaire qui avait pour thème  » Au carrefour du glaucome et de l’hypertonie oculaire « . Cette session rentre dans le cadre d’une série de formations continues que la direction de l’IOTA a initiées depuis le début de l’année académique 2007-2008.

Cet enseignement permet aux stagiaires de renforcer leurs capacités sur des techniques de prise en charge des maladies par une mise en phase des ophtalmologues avec les dernières évolutions.

Le glaucome, selon les spécialistes de l’œil, est une maladie chronique de l’œil qui endommage le nerf optique.

La plupart des formes de cette maladie se caractérisent par une augmentation de la pression dans l’œil, ou pression intraoculaire.

Il est la deuxième cause de cécité dans le monde.Au cours de cette dernière session de l’enseignement post-universitaire de l’année académique 2007-2008, le Directeur Général de l’IOTA, le Pr. Abdoulaye Diallo, a rappelé que les préoccupations diagnostiques de l’ophtalmologie vis-à-vis du glaucome se déclinent en trois rubriques.

Pour ce faire, il a souligné, en premier lieu, la détection du glaucome à son tout début, alors que l’observation de la pupille n’est pas convaincante et que le relevé périmétrique conventionnel ne montre aucune zone d’hypersensibilité rétinienne, d’évaluer, lorsque le glaucome est déclaré si la maladie est stabilisée ou si elle continue malheureusement de progresser et, d’autre part, de repérer les glaucomateux dans une population générale avant qu’ils ne soient handicapés par une altération sévère de leur vision.

L’orateur d’affirmer que la dernière relève plus d’un problème de santé publique que des compétences du spécialiste et les campagnes doivent être conduites, encouragées et renforcées.

Dans sa définition Dr Lamine Traoré le spécialiste dira que le glaucome a évolué, ces dernières décennies, selon le rôle accordé à la pression intra-oculaire (PIO). Selon lui, il existe plus de 66 millions de glaucomateux dans le monde dont 7 millions en Afrique au Sud du Sahara.

Il notera aussi que la fréquence augmente avec l’âge. Le spécialiste d’expliquer que le glaucome est à la base de 12% des causes de Cécité Afrique.

Les facteurs de risque sont dus à la pression intra-oculaire élevée, des antécédents familiaux de glaucome, de la myopie sévère, du risque cardio-vasculaire, entre autres.

Quant à Youssouf Sangaré, représentant les laboratoires Pfizer, il a exposé sur le Xalatan, un produit breveté par ledit laboratoire qui entre dans le cadre du traitement du glaucome à l’angle ouvert ou l’hypertonie oculaire.

Selon lui, le Xalatan a prouvé tout son efficacité dans le traitement du glaucome. Ce produit est en tête de série dans les ventes mondiales pour le traitement du glaucome.


Ramata TEMBELY

04 Juillet 2008