Partager

Les semaines à venir risquent d’être très dures pour la nouvelle ministre de l’Education de Base, de l’Alphabétisation et des Langues Nationales. Et pour cause: les enseignants contractuels du fondamental sont sur le pied de guerre, à cause de la non satisfaction de leurs doléances longtemps restées sur la table des responsables en charge de cet ordre d’enseignement.

Par rapport à ce problème et à d’autres préoccupations de ces enseignants, le syndicat a organisé une Assemblée générale le 4 Décembre 2007 dans l’Amphithéâtre de l’Ecole Nationale d’Ingénieurs (ENI).

Cette Assemblée générale, à laquelle ont pris part tous les contractuels de l’enseignement fondamental des académies du District et des banlieues de la capitale, était aminée par M. Soumano Kalapo, secrétaire général du syndicat dont relèvent les contractuels de l’enseignement fondamental.

Pour la circonstance, il était accompagné des membres du Bureau exécutif national dudit syndicat.

Avant de faire l’état des lieux des différentes doléances qui constituent la préoccupation principale du syndicat, le secrétaire général a tout d’abord remercié et félicité ses collègues, pour le suivi du mot d’ordre de grève lancé par la Confédération Syndicale des Travailleurs du Mali (CSTM), centrale à laquelle est affiliée la Fédération Nationale de l’Education (FEN).

Le Syndicat des Contractuels de l’Enseignement Fondamental (SYCEF) a présenté des points de revendications qui se résument en onze points; II s’agit de la levée des obstacles juridiques qui empêchent les contractuels d’accéder à des postes de responsabilité et à des études qualifiantes, l’alignement des salaires des enseignants contractuels.

Sur ceux de leurs collègues fonctionnaires en tenant compte de la correction apportée l’année dernière aux catégories B1 et B2 et de la récente augmentation des salaires de 5% annoncée par le Président de la République.

A cet effet, le syndicat revendique son implication effective dans l’élaboration de la nouvelle grille de salaire dans la mise à jour des reclassements sur l’ensemble du territoire, la poursuite du processus de hiérarchisation, la délivrance des attestions « d’ayant fait fonction »

A tous ceux qui ont réussi à leur examen professionnel; la poursuite de l’attribution de numéros matricules aux enseignants contractuels des collectivités; la reprise des contrats de certains enseignants contractuels de la région.

Il s’agit aussi de la possibilité, pour l’enseignante contractuelle des collectivités mariée, de bénéficier d’un nouveau contrat dans la localité d’affection de son mari, prenant en compte son ancienneté; la prise de dispositions pour éviter les retards de salaires de nouvelles recrues ; le redéploiement au secondaire des titulaires de diplôme de l’enseignement supérieur qui sont employés au fondamental et l’intégration des enseignants contractuels à la fonction publique.

Toutes ces revendications sont contenues dans le cahier de doléances déposé par la CSTM et ont fait l’objet de négociation avec le gouvernement.

Aujourd’hui, le Syndicat des Contractuels de I’Enseignement Fondamental semble pressé dans la prise en compte de l’essentiel qui constitue sa préoccupation.

C’est pourquoi il a tenu cette assemblée générale pour non seulement informer la base des résultats de la grève de la semaine passée, mais pour alerter le nouveau chef du département, Mme Sidibé Aminata Diallo.

D’ailleurs, le syndicat affirme lui avoir adressé une correspondance dans laquelle il l’invite à prendre attache avec les membres du bureau, pour la négociation autour des différents points de revendication soulignés.

C’est à dire donc qu’après l’enseignement supérieur qui a retrouvé le calme, c’est au tour de l’enseignement de base d’être gagné par la grogne

Laya DIARRA

05 Décembre 2007.