Partager

« Le grand but de la formation c’est l’action et non le savoir », a déclaré le conseiller technique, Ousmane Koné du ministère de la santé, à l’ouverture de la 7è session du Conseil d’Administration de l’Institut national de formation en sciences de la santé, le 30 janvier 2009. Il présidait cette session qui s’est déroulée dans la salle de conférence de ladite l’école.

Les ressources humaines sont la principale source de gain, de productivité dans une organisation, déclare-t-il. On peut aisément imaginer combien cette introduction épousait le contexte, car « l’Institut national de formation en sciences de la santé a pour mandat de former, de produire des ressources humaines de bonne qualité. Il a donc un rôle central dans le processus de développement sanitaire que nous sommes appelés à mettre en œuvre », devait- il préciser.

Ce conseil d’administration avait pour mandat de donner à l’Institut les orientations appropriées pour encadrer les actions de la direction de l’établissement aux fins des résultats attendus de lui.

Il s’agissait d’adopter les meilleures pratiques possibles, susceptibles de contribuer à mettre sur le terrain des infirmiers et infirmières, des sages femmes et des assistants médicaux de bonne qualité, capables de créer de la valeur ajoutée et de développer le changement susceptible de conduire le Mali vers l’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement.

A cet effet l’enseignement de la responsabilité médicale sera inscrit au programme de l’Institut avant la fin de l’année académique en cours. « Il s’agit pour chaque professionnel de soins, et pour les établissements de soins, de répondre des dommages subis par les utilisateurs à l’occasion d’un acte médical », précise -t-il.

Parvenir à une gestion efficiente de l’Institut demeure un défi selon le Directeur général de l’INFSS, le Dr Abdoul Touré. La session a adopté entre autres documents, le rapport d’activités 2008, le budget 2009, et a examiné l’état d’exécution du Plan opérationnel et d’exécution du budget 2008.

Le budget 2009 se chiffre à 1 milliard 785 millions 917 mille 872 Fcfa, contre 1 milliard 612 millions 421 mille 620 Fcfa, l’année dernière.

B. Daou

03 Février 2009