Partager

Après une année universitaire caractérisée par des revendications syndicales qui auront duré plusieurs mois (plus de 120 jours) ; les cours ont été stoppés à l’ENI ABT et les examens de fin d’année viennent d’être bouclés au grand bonheur de tous les acteurs de l’école.

Selon un responsable du comité AEEM de l’ENI-ABT, tous les étudiants inscrits au titre de l’année universitaire 2012-2013 ont pu composer sans incident majeur. Les épreuves se sont déroulées dans les meilleures conditions et pour le grand bonheur de tout le monde. Notre interlocuteur a tenu à remercier Monsieur Mamadou S Diarra et son équipe pour leurs efforts déployés en faveur de la sauvegarde de l’année. Le directeur général de l’école, quant à lui, s’est dit très heureux. « J’ai beaucoup adoré le fait que tous les enseignants se soient investis à fond pour la bonne organisation des évaluations. Et cela malgré le mot d’ordre de grève du syndicat. Nous avons carrément avancé dans les corrections et la proclamation des résultats est prévue pour le 22 septembre prochain, si rien ne déjoue les pronostics en cours », a-t-il ajouté. Par ailleurs, nous avons appris que seulement quelques étudiantsnon inscrits par négligence n’ont pu examiner.

FMOS/FA-PHA (USTTB) : La crainte d’une seconde année blanche fait trembler les étudiants…

Après avoir connu une année blanche au titre de l’année académique 2011-2012, du fait de la scission de l’université de Bamako en quatre pôles universitaires, les étudiants en médecine craignent aujourd’hui une seconde année blanche consécutive. Cette crainte intervient suite à la volonté des enseignants d’aller en deux mois de congés. Et l’annonce de cette nouvelle, tant bien légitime, est très mal perçue auprès des étudiants. Nous avons pu recueillir le témoignage de certains d’entre eux. Lisez plutôt…

Mariam T, étudiante en 3ème année médecine,‘’si ce n’était pas à cause de l’année blanche de l’année dernière, je serais certainement en 4ème année. Et cette décision des professeurs d’aller en congés à quelques jours des examens me fait très peur. Je ne supporterais pas de consommer une autre année blanche cette année. Je profite de cette occasion pour lancer un appel aux enseignants. Je leur demande pour l’amour de Dieu de ne pas partir en congés maintenant, même si c’est leur droit’’.

Un jeune étudiant de la première année médecine abonde dans le même sens que Mariam. ‘’Avant même l’obtention de mon baccalauréat, j’étais persuadé que cette faculté était la meilleure. Mais je me rends compte qu’il n’y a rien de spécial par rapport aux autres. Je pensais qu’ici, il y avait des grands professeurs qui seront prêts à faire le pire pour former les étudiants. Mais hélas…’’, a martelé ce jeune qui n’a pas voulu que son identité soit connue.

M. Doua Sissoko, N°1 des étudiants de la faculté de médecine, de pharmacie et d’odontostomatologie : ‘’l’année passée, nous avons été convaincus par madame Siby Ginette Bellegarde d’accepter de consommer une année blanche pour des raisons de reforme et d’amélioration de nos conditions de travail. Choses qui n’ont jamais été le cas. Cette année, pendant que tous nos autres camarades ont terminé, nos professeurs s’apprêtent à partir en congé. Au nom de tous les étudiants de la faculté de pharmacie et de la faculté de médecine, nous leurs supplions de ne pas y aller. Nous savons pertinemment que c’est leur droit légitime. Quant-au département de l’enseignement supérieur, nous lui demandons d’anticiper la négociation pour le paiement des heures supplémentaires des deux mois’’, a déclaré le secrétaire général du comité AEEM.

Rassemblés par KANTAO Drissa

28 Août 2013.