Partager


Tandis que les élèves et étudiants de certaines écoles professionnelles préparent activement leurs examens de fin d’années, nombreux sont ceux des lycées, fondamentales et autres écoles primaires qui sont déjà en vacances. Après neuf mois de dur labeur quotidien sur le chemin de l’école, cartables et autres effets scolaires sous les bras, les enfants ont commencé leurs vacances, un repos bien mérité.

Cette période de 3 mois environ est mise à profit de manière très différente selon les classes d’âges des élèves et étudiants. Ceux qui étudient à l’extérieur de notre pays et dont les parents ont les moyens nécessaires d’assurer le voyage viennent au pays pour passer ces moments en compagnie de leur famille et amis.

Ce cas concerne aussi des élèves et étudiants qui ont quitté les localités à travers le pays pour venir étudier à Bamako mais les frais de voyage de ces derniers sont pris en charge par le gouvernement pour leur aller et retour chez des parents.


Des programmes différents

Cette période de repos est beaucoup mise à profit par de nombreux étudiants de préparer la nouvelle rentrée scolaire afin de renforcer leur capacité intellectuelle pour atteindre un niveau plus élevé que les autres camarades. Cet état de fait est beaucoup encouragé par les parents et le gouvernement qui organise des cours de vacances à travers le pays.

Pendant que ceux-ci consacrent ce temps de repos à l’acquisition de nouvelles connaissances, certains en profitent pour s’amuser le maximum possible. C’est cette catégorie de vacanciers qui s’adonnent aux sorties dans les Night Clubs, les maquis, les restaurants et autres endroits de divertissements à travers la capitale.


Les amoureux de vacances

Cette pratique est beaucoup d’actualité chez nos frères et soeurs qui viennent de l’extérieur pour passer les vacances à Bamako. Souvent, ils débarquent à Bamako avec seulement leur billet retour plus une petite somme d’argent, ces vacanciers fétards s’accrochent de manière tenace à qui ils trouvent sur leur chemin à condition que ce dernier paye les factures des sorties noctures à travers Bamako.

Autrement appelés les amours de vacances, cette réalité est beaucoup pratiquée chez nos vacancières souvent même qui sont de Bamako. Pendant ces trois mois, elles s’accrochent à un type pour passer de bonnes vacances, ce qui pousse les jeunes hommes à faire des économies malgré le temps dur pour répondre aux appels de ces “diablesses”.

Nombreux sont ceux qui ramassent les pots cassés après les vacances. En ces jours-ci, les préparatifs des vacances deviennent plus que ceux d’une fête populaire chez nous. Comme dit un adage : “Ambiance, mais prudence”. Bonnes vacances !


Moussa KONDO (Stagiaire)

30 Juin 2008