Partager

Environ 160MW, c’est la quantité d’énergie que l’ONG américaine R20 s’engage à produire au Mali dans les années à venir dans le domaine des énergies renouvelables. Le protocole d’accord, signé le 6 février avec le gouvernement dirigé par Cheick Modibo Diarra, tend vers une phase d’opérationnalisation.

Kita, Kangaba, Niono, Konna, Bla, Tenenkou, Yélimané, ce sont entre autres zones de fixation des services énergétiques, objet du présent accord entre le gouvernement malien et R20. Cette structure est une organisation non gouvernementale fondée en 2010 par le gouverneur de l’Etat de Californie (Etats Unis), Arnold Schwarzenegger. Née d’un partenariat public-privé, réunissant gouvernements locaux, entreprises privées, institutions financières, institutions académiques, organisations gouvernementales, organisations intergouvernementales et agences des Nations Unies, l’ONG a son siège à Genève avec des bureaux à Los Angeles, Rio-de-Janeiro, Pékin et Dakar.

R20 a pour mission d’aider les états, provinces, régions et collectivités territoriales du monde entier à développer et à mettre en œuvre des projets d’énergies renouvelables et d’efficacité énergétique sobres en carbone, à promouvoir une économie verte durable, ainsi que des politiques et de meilleures pratiques en matière de développement durable.
En s’engageant dans ce protocole d’accord, le Mali tient de cette organisation l’image d’une «partenaire sérieuse». Au ministère de l’énergie et de l’eau, selon nos sources, des protocoles d’une aussi grande importance sont devenues caducs, faute de suivi de la part du partenaire. «C’est un secteur dans lequel l’investissement est très lourd», reconnait un responsable au ministère de l’énergie et de l’eau.

Si ce dossier n’est encore qu’à l’étape embryonnaire, le partenaire multilatéral semble tenir à la concrétisation du projet. Selon le site «energine.com», R20 a signé un «accord de partenariat exclusif» avec le producteur français d’énergie renouvelable, Akuo Energy, en vue de la «construction de centrales solaires et hydroélectriques au Mali». Sur le terrain, il appartient à l’Etat d’indiquer les sites aux partenaires qui doivent préalablement engager des études de faisabilité. Le protocole signé avec le groupe porte sur la réalisation de 50MW de photovoltaïque à Kita, 01MW à Kangaba, 200KW à Sokolo (cercle de Niono), 400KW à Konna (Région de Mopti), 500KW à Bla, 350KW à Tenenkou, 300KW à Yélimané. Sur le Bagoué, le partenaire du gouvernement s’engage à installer 75MW et 35MW sur le barrage Touba.

Le projet vise à renforcer l’accessibilité des populations aux ressources énergétiques.

Seydou Coulibaly

© AFRIBONE – Le 16 Juillet 2013