Partager


Afin de peaufiner un plan d’action quinquennal pour palier le manque d’électricité au Mali, les principaux acteurs institutionnels du secteur de l’énergie se sont rencontrés à Sélingué les 13 et 14 septembre 2007. Il ressort des assises qu’EDM-SA a besoin de 269 milliards de F CFA pour garantir la fourniture sans faute de l’électricité aux populations jusqu’en 2012.

L’Energie du Mali, éprouve aujourd’hui de grandes difficultés pour fournir de l’électricité à ses clients dont le nombre ne cesse de croître. A cause du manque d’eau, la production hydroélectrique a beaucoup diminué ces derniers temps. L’entreprise se rabat sur l’énergie thermique pour fournir de l’électricité à ses clients. Cette situation, qui lui coûte extrêmement cher l’amène à consentir des dépenses monstres dans le carburant. Par exemple, la seule centrale de Darsalam consomme 3 millions de carburant par heure soit 72 millions de F CFA en 24 heures.

En plus de cet handicap, EDM se bat à l’interne pour améliorer le niveau d’entretien de ses équipements, résoudre l’épineuse question de saturation de ses lignes, de contrôler le système de transport et d’améliorer la qualité du service.

Afin de porter un regard diagnostique sur le secteur de l’électricité au Mali et imprimer une stratégie à EDM-SA pour la rendre apte à garantir l’électricité aux populations pendant les cinq années à venir, le département des Mines, de l’énergie et de l’eau a organisé un atelier sur la question, les 13 et 14 septembre dernier, à Sélingué.

Les participants, composés essentiellement des acteurs institutionnels du secteur de l’énergie ont échangé sur les orientations stratégiques du secteur notamment les interconnexions électriques avec d’autres pays, le schéma de gestion institutionnelle, les instruments de planification, le mécanisme de tarification, les outils régulatoires, la décentralisation géographique du parc de production du RI, l’extension du RI à de nouvelles localités et le développement de l’électricité rurale à partir du RI.

Le point qui a surtout retenu l’attention des séminaristes a été celui du financement pour la réalisation de la vision de l’entreprise.
S’agissant des financements acquis, il faut souligner la part de certains partenaires techniques et financiers qui est estimée à 82,6 milliards de F CFA. Le financement privé est de 8,6 milliards de F CFA.

L’Etat a déboursé la somme de 37,5 milliards de F CFA. S’y ajoutent la contribution de l’Omvs, 26 milliards, les bailleurs de fonds de l’Etat, 43 milliards et EDM, elle-même, 21, 7 milliards de F CFA.
Aujourd’hui, sur les 269 milliards de F CFA, ce sont seulement 16 milliards de F CFA qui sont à chercher.

Le ministre des Mines, de l’énergie et de l’eau, Ahmed Diane Séméga, a présidé les cérémonies d’ouverture et de clôture de ses assises. Selon lui, le département va mettre tout en œuvre pour que les recommandations sorties de la rencontre ne restent pas lettres mortes.

En tout état de cause, il convient de souligner que le gouvernement a consenti d’énormes efforts ces dernières années pour mettre l’électricité à la dispositions des populations. Pour preuve, il est en train de favoriser l’installation de Sopam qui va mettre à la disposition d’EDM-SA 56 Mw, et donner un coup de piston à la réalisation du projet d’interconnexion électrique avec la Côte d’Ivoire.

AKK

17 septembre 2007.